Vigi-Infos: Infos Géo-Politiques

20 août 2014

Etats-Unis: un homme armé d'un couteau tué par la police près de Ferguson

    • Mis à jour le 19/08/2014 à 22:20

  Un homme armé d'un couteau a été abattu aujourd'hui par la police à Saint-Louis (Missouri), dont une des banlieues, Ferguson, est le théâtre d'émeutes urbaines depuis la mort d'un jeune Noir tué par un policier il y a 10 jours.


Le chef de la police de Saint-Louis (centre des Etats-Unis) a expliqué sur son compte Twitter que des policiers étaient intervenus après avoir reçu un appel au sujet d'un homme apparemment agité, muni d'un couteau et criant "Tuez-moi maintenant" en s'approchant de la patrouille. "Les agents lui ont fait plusieurs sommations. Les agents ont eu peur pour leur sécurité et deux policiers ont fait usage de leur arme. Le suspect est décédé", a détaillé Sam Dotson sur Twitter. Quelques personnes se sont rassemblées autour de la scène de crime délimitée par le ruban jaune de la police devant une épicerie de Saint-Louis en reprenant l'un des slogans des manifestants de Ferguson, "Les mains en l'air, ne tirez pas!".

Depuis la mort le 9 août de Michael Brown, un jeune Noir non armé abattu par un policier blanc, cette ville du centre des Etats-Unis est en proie à des émeutes et est devenue le symbole des tensions raciales qui persistent dans la société américaine.

Posté par vigiinfo à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le chef du Hamas "mérite la mort" (Israël)

Mis à jour le 20/08/2014 à 07:52

Le chef de la branche militaire du Hamas Mohammed Deif, dont la femme et une des filles ont été tuées mardi lors d'un raid aérien israélien à Gaza, est une "cible légitime à liquider", a affirmé mercredi un ministre israélien.


"Mohammed Deif mérite la mort comme (l'ex-numéro un d'Al-Qaïda) Ben Laden, c'est une cible légitime, et lorsqu'une occasion se présente il faut l'exploiter pour le liquider", a déclaré le ministre de l'Intérieur Gideon Saar à la radio militaire.

Posté par vigiinfo à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Jacques Attali et le Gouvernement Mondial sur Europe1

 

 


L'interview de 8h20 de Jean-Pierre Elkabbach.

Jacques Attali, le propagandiste mondialiste de la Commission Trilatérale de David Rockefeller, dont le but est l'établissement d'un gouvernement mondial,annonce un prochain chaos généralisé, en prémisse de cette gouvernance mondiale.

 




Posté par vigiinfo à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 août 2014

Les hostilités reprennent à Gaza, Israël quitte la table des négociations

 

    Publié    le 19/08/2014 à 16:17

Les frappes israéliennes sur la bande de Gaza.

Les frappes israéliennes sur la bande de Gaza.                                                    Crédits photo : SUHAIB SALEM/REUTERS

 - L'armée israélienne a répliqué à des tirs de roquettes alors que l'accord de cessez-le-feu était toujours d'actualité. Benyamin Netanyahou a ordonné à ses émissaires de quitter la table des négociations au Caire.

L'espoir de paix vient peut-être de s'envoler, encore une fois. Après plus d'une semaine de trêve, les hostilités ont repris dans la bande de Gaza, après que des tirs de roquettes du côté palestinien ont violé la prolongation de 24 heures de l'accord de cessez-le-feu, signée la veille au soir.

D'après l'armée israélienne, trois roquettes ont été tirées mardi après-midi depuis la bande de Gaza en direction de la ville israélienne de Beersheba, sans faire de victimes. Le premier ministre israélien a alors immédiatement ordonné à son armée de répliquer. Quelques minutes plus tard, les bombardements de Tsahal ont repris dans le nord de la bande de Gaza, dans les environs de Beit Lahiya.

Benyamin Netanyahou a également demandé aux négociateurs israéliens de quitter sur le champ la table des négociations au Caire. Les émissaires israéliens parlementent depuis plus d'une semaine avec leurs homologues palestiniens pour trouver un accord de paix durable, après un mois d'hostilités meurtrières.

La reprise des frappes israéliennes a conduit à la fuite de milliers de Gazaouis. Un journaliste de l'AFP a pu voir des centaines de personnes, encombrés de sacs et de matelas, fuir leurs habitations placées près de la frontière avec Israël pour se réfugier dans des écoles de l'ONU.

18 août 2014

Ukraine-Russie: la situation risque de "déraper"

 Mis à jour le 17/08/2014 à 20:56

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a estimé dimanche qu'il fallait à tout prix éviter "une confrontation directe entre forces armées ukrainiennes et russes", vers laquelle la situation actuelle risque de "déraper".


"Si nous ne faisons pas très attention (...) nous allons déraper toujours plus vers une confrontation directe entre forces armées ukrainiennes et russes", a déclaré le ministre alors qu'il accueillait ses homologues russe, ukrainien et français à Berlin. "Cela doit être évité à tout prix".

Posté par vigiinfo à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



17 août 2014

8 Français sur 10 ne font pas confiance au gouvernement (sondage)

    • Mis à jour le 17/08/2014 à 08:30

  Plus de huit Français sur 10 ne font pas confiance au gouvernement de Manuel Valls pour améliorer la situation économique, selon un sondage Ifop-Jdd publié aujourd'hui.


A la question "Faites-vous plutôt confiance ou pas confiance au gouvernement pour obtenir des résultats concrets en ce qui concerne" la lutte contre le chômage, 85% des sondés répondent par la négative. Concernant l'amélioration de la croissance, le chiffre atteint 84% et à propos de la réduction des déficits, il atteint 82%.


La défiance à l'égard du gouvernement est forte dans les rangs de la gauche puisque seuls 42% des sympathisants de gauche ont confiance dans la politique économique du gouvernement concernant la réduction des déficits publics, 37% concernant la relance de la croissance et 39% à propos de la lutte contre le chômage.


Outre le niveau de crédibilité économique du gouvernement, le sondage contient un second volet sur "les priorités des Français pour les prochains mois". Sans surprise, la lutte contre le chômage arrive en tête des thèmes "tout à fait prioritaires" avec 70%, devant la santé (56%), la "lutte contre la délinquance (53%) et le "relèvement des salaires et du pouvoir d'achat" (50%). L'enquête a été menée du 6 au 8 août par questionnaires auto-administrés sur internet auprès d'un échantillon de 1.013 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Posté par vigiinfo à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Etat d'urgence et couvre-feu à Ferguson

Mis à jour le 16/08/2014 à 23:13

Le gouverneur du Missouri (centre des Etats-Unis) Jay Nixon a annoncé samedi l'instauration d'un état d'urgence et d'un couvre-feu, de minuit à 5H00 (10H00 GMT) du matin, dans un quartier de Ferguson, théâtre d'émeutes après la mort d'un jeune Noir tué par un policier il y a une semaine.


"Ce n'est pas pour faire taire les gens de Ferguson, de cette région ou d'autres, mais pour contenir ceux qui noient la voix du peuple par leurs actions", a ajouté le gouverneur lors d'une conférence de presse.

Posté par vigiinfo à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 août 2014

Ukraine: Moscou et Kiev tombent d'accord pour laisser passer le convoi humanitaire russe

 

Les USA ont forcément donné leur accord a cette solution diplomatique.

Sly

Source;: http://www.lesechos.fr/monde/europe/0203706048366-ukraine-berlin-espere-parvenir-a-faire-cesser-les-affrontements-et-la-violence-1033445.php

Claude Fouquet / Journaliste |Le 16/08 à 10:23, mis à jour à 19:08

Selon la Croix Rouge, Moscou et Kiev seraient tombés d'accord pour permettre au convoi humanitaire russe de traverser la frontière. Il était bloqué depuis jeudi soir. Les ministres des Affaires étrangères de l’Ukraine, de la Russie de l’Allemagne et de la France se retrouvent dimanche soir à Berlin.

La rencontre entre les ministres ukrainien, russe, allemand et français des Affaires étrangères dimanche à Berlin pourrait être une première étape vers un sommet avec l'Ukraine et la Russie sur le modèle de la rencontre de Normandie, en juin, déclare samedi la présidence française.

Après un regain de tension entre l'Ukraine et la Russie, François Hollande estime que "la Russie (doit) s'engager à respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine et a appelé l'Ukraine à faire preuve de retenue et de discernement dans les opérations militaires en cours contre les séparatistes", lit-on dans le communiqué, diffusé après une discussion entre le président français et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

"La France reste prête à un nouveau Sommet dans le format Normandie pour soutenir ce processus. La réunion des ministres des Affaires étrangères français, allemand, ukrainien et russe prévue dimanche pourrait être un premier pas vers cette rencontre", poursuit la présidence française.

Réunion à Berlin dimanche

Un peu plus tôt dans la journée, c'est par le biais d'une interview accordée au quotidien allemand Bild à paraître dimanche que Berlin avait fait part de sa volonté d'arriver à un règlement politique du conflit.

« J’espère que nous parviendrons enfin à mettre un terme aux affrontements violents, et à prodiguer aux populations touchées par la violence dans l’Est de l’Ukraine l’aide urgente et nécessaire » explique en effet dans cet interview le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier.

Dans  cette interview à qui doit être publiée dans son intégralité dimanche , soit quelques heures avant cette réunion à quatre, le ministre allemand explique en effet avoir « invité à nouveau le ministre des affaires étrangères de la Russie, de l’Ukraine et de la France dimanche soir à Berlin, pour discuter des moyens de sortir de la crise ».

Cette rencontre et la proposition française intervient après qu’Angela Merkel se soit entretenue au téléphone avec le président russe Vladimir Poutine vendredi. La chancelière allemande lui a notamment demandé de mettre fin au flux de matériel militaire, conseillers militaires et personnel armé qui passent la frontière avec l’Ukraine.

Pékin plaide aussi pour une solution politique

Des efforts doivent être accomplis pour "apaiser la situation tendue et empêcher une accélération des confrontations et des affrontements grâce à des moyens alternatifs", a déclaré le président chinois Xi Jinping lors d'une rencontre avec le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon. La Chine est un partenaire économique essentiel de la Fédération russe: les deux pays ont récemment signé un accord portant sur la fourniture de gaz russe pour un montant de 400 milliards de dollars. Xi a également estimé que le crash de l'appareil de la Malaysia Airlines qui s'est abattu dans l'est de l'Ukraine en juillet démontrait l'importance "de régler correctement" la crise dans ce pays.

Le convoi n'a ni bougé ni été inspecté

Sur le terrain, les tensions ont pris un nouveau tour vendredi , lorsque l’Ukraine a assuré avoir en partie détruit une colonne de blindés russes qui serait entrée la veille sur son territoire. Une incursion démentie par Moscou mais qui a provoqué de vives critiques de la part des occidentaux. A commencer par le président de la France, François Hollande.

Les ministres des Affaires étrangères européens ainsi que Washington qui a demandé à Moscou de « cesser ses provocation » ainsi que l’inspection du contenu des camions qui composent le convoi humanitaire envoyé par la Russie et toujours bloqué près de la frontière ukrainienne.

Les quelques 300 camions russes, porteurs de 1.800 tonnes d'aide humanitaire selon Moscou, étaient non seulement toujours stationnés samedi matin à une trentaine de kilomètres du poste-frontière de Donetsk en Russie, dans la localité de Kamensk-Chakhtinski, mais qui plus est leur inspection n'a pas commencé.

Les gardes-frontières et douaniers ukrainiens arrivés en territoire russes attendaient des documents de la part de la Croix-Rouge qui doit se charger de la distribution de l'aide aux bastions rebelles.

Un responsable du ministère russe des Situations d'urgence a déclaré que Moscou avait envoyé aux douanes ukrainiennes une déclaration concernant le contenu des camions. Le représentant de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) sur place, Paul Picard, a de son côté expliqué qu'une réunion entre les services de douane russes et les représentants ukrainiens avait eu lieu samedi matin, sans donner plus de précisions.

La Croix-Rouge, qui n'a pas participé à la réunion, a confirmé n'avoir toujours mené aucune inspection sur les camions russes, attendant un accord entre les deux parties.

Nouveaux combats dans la nuit

Pendant ce temps, les combats continuent. A Donetsk, ils se sont rapprochés du centre-ville ces derniers jours, et des tirs d'artillerie dans la nuit et des explosions près des quartiers du nord-est de la ville. A Lougansk, encerclée et assiégée par l'armée ukrainienne, l'organisation Human Rights Watch (HRW) a évoqué samedi une situation humanitaire "très difficile" alors que la ville n'a plus d'eau, d'électricité et de réseau téléphonique depuis deux semaines. Selon les autorités locales, d'intenses bombardements ont eu lieu dans la nuit, à la suite desquels plusieurs incendies se sont déclarés dans la ville.

L'ONG a également dénoncé l'utilisation par les deux camps d'armes lourdes dans des zones habitées, qui ont provoqué la mort de plusieurs dizaines de civils au cours des derniers jours. Washington avait déjà exhorté jeudi Kiev à la "retenue" afin de réduire le nombre de victimes parmi la population.

De son côté, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a signalé fait part à son homologue américain Chuck Hagel de "'inadmissibilité de l'usage par les forces gouvernementales de l'aviation de combat, de l'artillerie lourde et des roquettes contre la population et l'infrastructure civile de la région", selon un communiqué diffusé par Moscou.

Vidéo amateur montrant certains bombardements dans la nuit du 15 août

Ukraine : la tension monte d'un cran entre Kiev et Moscou

Ce convoi humanitaire Russe peut apparaître comme une petite bombe diplomatique entre les deux grandes nations , Russie et USA.. A suivre la suite ce dossier important ..!

Sly

 

Par   Publié                                    le 15/08/2014 à 19:28

Une colonne de blindés russes, vendredi, dans la région de Rostov.

Une colonne de blindés russes, vendredi, dans la région de Rostov.                                                    Crédits photo : MAXIM SHEMETOV/REUTERS

Une grande confusion règne ce vendredi dans l'est du pays, l'armée ukrainienne déclarant avoir détruit des véhicules blindés russes sur son territoire, ce que démentent les responsables russes.

Les intentions de Moscou dans le dossier ukrainien sont chaque jour de moins en moins lisibles. Tandis que le Kremlin limoge brutalement les dirigeants séparatistes, il envoie simultanément en Ukraine de l'aide humanitaire et des blindés. Les 280 camions blancs chargés de vivres à destination de la population de Louhansk étaient toujours bloqués à la frontière ukrainienne vendredi soir, en attente d'une inspection ukrainienne et de la Croix-Rouge. Kiev exige de pouvoir inspecter méticuleusement le contenu du convoi, puis qu'il soit pris en charge par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) une fois certifié. L'ONG basée à Genève indiquait vendredi après-midi que «les deux pays sont toujours en train de plancher sur des détails pratiques comme les procédures d'inspection et de dédouanage du convoi russe, ainsi que la vérification de la nature strictement humanitaire de la cargaison».

En réaction à des accusations russes sur des «tentatives de faire échouer» un convoi humanitaire, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavlo Klimkine a annoncé qu'il rencontrerait son homologue russe Sergueï Lavrov à Berlin dimanche, avec les chefs de la diplomatie française et allemande. Ce n'est pas le seul chassé-croisé diplomatique de vendredi, puisqu'en soirée le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a joint au téléphone son homologue américain Chuck Hagel. Il lui a assuré qu'aucun soldat russe ne se trouvait dans le convoi d'aide envoyé par Moscou vers l'Ukraine. «Sergueï Choïgou a garanti qu'il n'y avait pas de personnel militaire dans le convoi humanitaire et que ce convoi ne serait pas utilisé comme prétexte pour intervenir davantage en Ukraine», a indiqué le Pentagone.

Un autre convoi humanitaire, ukrainien celui-là, a devancé l'aide russe. De dimensions plus modestes (800 tonnes contre 2000 tonnes pour l'aide russe), le convoi de 50 camions a commencé à être inspecté par le CICR vendredi matin, dans la ville de Starobilsk (région de Louhansk), à une centaine de kilomètres au nord des zones de combat. Après avoir été tétanisé quelques jours par l'opération humanitaire russe, le gouvernement ukrainien a réalisé jeudi qu'il lui fallait d'urgence fournir sa propre aide aux populations du Donbass, sous peine de perdre la guerre de l'information.

Intenses combats

L'hostilité de l'Ukraine envers le convoi russe n'est pas sans fondement. Kiev voit en Moscou un agresseur lui menant une guerre non déclarée à travers des livraisons d'armes et de combattants aux séparatistes prorusses du Donbass. Le convoi humanitaire russe a été doublé jeudi soir par une colonne de 21 blindés et camions militaires. Colonne qui s'est élancée vers l'Ukraine sous les yeux de journalistes du Daily Telegraphet du Guardian suivant le convoi humanitaire. Un autre convoi «massif» «arborant des drapeaux russes ou l'insigne des forces de paix» (selon le correspondant du Daily Telegraph), composé de blindés transporteurs de troupes, a pénétré en Ukraine vendredi en fin d'après-midi. Kiev accuse depuis avril la Russie de fournir des armements lourds aux rebelles du Donbass, mais Moscou a toujours nié, et continue de nier aujourd'hui ce qui ressemble à un début d'invasion.

Le chef d'État ukrainien Petro Porochenko a indiqué vendredi à son homologue britannique David Cameron que son artillerie est parvenue à détruire une grande partie de la colonne de blindés russes. Des propos impossibles à vérifier alors que dans le camp séparatiste, on affirme au contraire avoir brisé le siège autour de Louhansk, causant de très lourdes pertes aux forces ukrainiennes. Difficile d'accorder du crédit aux déclarations venant de l'un ou de l'autre camp, car les exagérations et les contre-vérités sont monnaie courante. Mais l'inquiètude monte d'un cran en Europe comme en témoigne l'appel de François Hollande qui demande à Moscou de «respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine».

Pour autant, le fait que la Russie ait de nouveau envoyé une colonne de blindés vendredi pour ouvrir la voie vers Louhansk au convoi humanitaire suggère que les cent kilomètres restants seront les plus difficiles. De l'aveu des deux protagonistes, l'intensité des combats ne fait qu'augmenter de jour en jour. Une carte des combats, établie par une source séparatiste souvent corroborée par les faits, indique que les rebelles prorusses de Donetsk ont réussi à briser leur isolement dans les dernières 24 heures. Ils disposeraient à nouveau d'un étroit corridor vers la frontière russe et auraient récupéré le contrôle d'une route stratégique les reliant à leurs camarades de la région de Louhansk.

Si ces succès se révèlent exacts, ils ne doivent pas faire oublier que les séparatistes ont perdu 80 % des territoires qu'ils contrôlaient fin mai. Et surtout, les démissions simultanées jeudi des deux principaux dirigeants séparatistes, de Valéri Bolotov pour la «République populaire de Louhansk» et d'Igor Guirkine (également appelé «Strelkov») pour la «République populaire de Donetsk», signalent le mécontentement de Moscou devant la situation militaire. Jusqu'ici très fragmentée, la rébellion pourrait être désormais soumise à une direction militaire centralisée. C'est peut-être le signe avant-coureur d'une intervention militaire directe de Moscou.

Posté par vigiinfo à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



Fin »