Vigi-Infos: Infos Géo-Politiques

20 décembre 2014

Le Projet américain pr le monde appellé "The New World Order"!

On comprend mieux pourquoi le président  Georges Bush a annoncé  pour la première fois à l'émergence du "New World Order" sous hégémonie Américaine en 1991. Cette date correspondant à l' effondrement du Bloc de l' Est del' ancienne Urss.

Ainsi il devenait possible pour cette élite Américaine d' imaginer la réalisation de leur projet hégémonique géopolitique pour le monde :

" La souveraineté supranationale d'une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l'autodétermination nationale pratiquée dans les siècles. "Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l'entité adéquate pour le faire." : David Rockefeller, Président fondateur du Bilderberg et de la Trilatèrale

"La direction du Bureau du Président a été utilisée pour fomenter un complot pour anéantir la liberté des Américains, et avant que je ne quitte le Bureau, je dois informer les citoyens de ces conditions." John Fitzgerald Kennedy (1917-1963), dans un discours fait à l'Université Columbia le 12 novembre 1963, dix jours avant son assassinat

 

Sly

Source: http://www.phosphore.com/index.php/dossiers/phosphore/289/bac-fiche-histoire--1975-a-1991-un-nouvel-ordre-mondial/848/un-nouvel-ordre-mondial.html

Cet événement va provoquer la fin de la guerre froide et annonce un nouvel ordre mondial qui profite surtout aux États-Unis.

LE TEMPS DES NEGOCIATIONS

Les deux grands renouent le dialogue. Quelles sont les raisons qui poussent à ce rapprochement ? L'Union soviétique connaît des difficultés économiques qui l'obligent à se réformer et à se rapprocher des États-Unis. Ronald Reagan lance le programme nommé «guerre des étoiles» en 1983, c'est-à-dire un système de protection antimissiles très cher. L'URSS n'a pas les moyens financiers de se doter de telles armes.

Gorbatchev, un tournant Mikhaïl Gorbatchev parvient au pouvoir en mars 1985, en tant que secrétaire général du parti communiste. Il dénonce le blocage économique, les pénuries, la corruption généralisée. En somme, il dresse un bilan peu glorieux de son pays. Gorbatchev engage alors une réforme radicale dans son pays : c'est la perestroïka, mot russe signifiant «restructuration» dans le domaine économique, et la glasnost, mot russe signifiant la «transparence». Ce qui veut dire que la presse n'est plus censurée et que les Soviétiques ont désormais un accès libre à l'information.

Le retrait En 1988, l'URSS décide de retirer ses troupes d'Afghanistan ce qui favorise le rapprochement avec les États-Unis.

Multiplication des rencontres Est-Ouest Gorbatchev engage le dialogue avec les États-Unis : en 1987, il signe les accords de Washington, qui éliminent tous les missiles nucléaires intermédiaires dans les deux pays. Le but est de stopper la course aux armements.

L'EFFONDREMENT DU BLOC DE L'EST 1989-1991

Revendications démocratiques dans le bloc de l'Est «L'automne des peuples», en 1989, amène successivement la Pologne, la Hongrie, la RDA, la Tchécoslovaquie et enfin la Roumanie à proclamer la démocratie. Le symbole de ce «retournement» reste l'effondrement du mur de Berlin, le 09 novembre 1989. Dans la foulée, les républiques socialistes proclament leur indépendance. En 1991, le monde assiste à l'implosion de l'URSS. Les réformes entreprises par Gorbatchev n'ont pas abouti. Plusieurs républiques proclament leur indépendance, comme les pays Baltes. Gorbatchev est démis de ses fonctions le 25 décembre 1991 pour avoir refusé cet éclatement. Boris Eltsine se proclame président de la Fédération de Russie et reconnaît l'indépendance des pays Baltes. Il crée en décembre 1991 la CEI, c'est-à-dire la Communauté des États indépendants. En 1991, le pacte de Varsovie est dissous.

LA DOMINATION AMERICAINE DEPUIS 1990

La chute de l'URSS en 1991 a fait disparaître la seule puissance capable de contrebalancer l'hégémonie américaine. Ainsi, les États-Unis ont pu réunir une large coa-lition contre l'Irak de Saddam Hussein en janvier-février 1991 (ce pays avait envahi le Koweït). C'est la première guerre du Golfe, une guerre très médiatisée.

Phosphore.com

Posté par vigiinfo à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Attali : Un gouvernement Mondial ou la guerre !!!

 Cette intervention de Jacques Attalli est lourde de sens...

Sly

La réalité du terrain est explicite , l'Union Européenne est devenu le laboratoire pour ceux qui travaillent à la mise en place d' un Gouvernement Mondial non élu démocratiquement mais imposé par une crise mondiale.

On comprend mieux la présence de Herman Van Rompuy, José Manuel Barrosso ou Mario draghi qui sont tous issus de la Trilatèrale ou du Bilderberg, cercles d'influences élitistes travaillant à l'élaboration de ce Gouvernement Mondial au sein de ce Nouvel Ordre Mondial dont Jacques attalli est un des VRP Français les plus médiatique.

Sly

 

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Attali

...

Apôtre de la constitution et de l'établissement d'un état de droit mondial, condition du maintien de la démocratie par la constitution d’un nouvel ordre mondial. Il pense que l'économie régulée par une institution de surveillance financière mondiale peut être une solution à la crise financière émergeant en 2008.

Cette institution financière est une première étape vers l'instauration d'un gouvernement démocratique mondial dont l'Union européenne peut devenir un laboratoire. 

 

19 décembre 2014

Poutine : «La crise économique russe durera deux ans maximum»

 

 

    • Mis à jour le 18/12/2014 à 14:57
    • Publié                                    le 18/12/2014 à 10:47

Crédits photo :

VIDÉOS - Alors que la Russie traverse sa plus grave crise économique depuis 1998, son président affirme que les mesures prises par le gouvernement et la Banque centrale sont «adéquates». La Bourse de Moscou confirme son rebond.

Le président russe Vladimir Poutine a estimé jeudi que la Russie, qui traverse sa plus sévère crise monétaire depuis 1998, renouera avec la croissance dans deux ans maximum, tout en reconnaissant qu'il demeure un espoir d'une amélioration plus rapide. Une sortie de crise est «inévitable», en premier lieu parce que l'économie mondiale continue de croître, a expliqué le président en ouvrant sa conférence de presse annuelle devant plus d'un millier de journalistes. «Nous allons utiliser les mesures que nous avons employées avec succès en 2008», a-t-il expliqué. Le chef de l'État russe a assuré que les programmes sociaux (hausses des retraites et des salaires des fonctionnaires) étaient maintenus, mais que le gouvernement serait peut-être contraint de réduire certaines dépenses sociales en fonction de l'évolution de la situation.

«Nos partenaires ont décidé qu'ils étaient désormais un empire et que les autres étaient des vassaux qu'il faut faire marcher au pas»

Vladimir Poutine

Reconnaissant que la chute du rouble constituait une préoccupation nationale, Vladimir Poutine a admis que «les choses auraient pu être faites plus efficacement pour soutenir la stabilité du marché» et que des décisions auraient pu être prises «plus rapidement». Le président russe a jugé toutefois que le gouvernement et la Banque centrale avaient pris les mesures approriées, les problèmes rencontrés par l'économie russe étant liés à des «facteurs extérieurs». «25% des problèmes sont dus aux sanctions» des pays occidentaux liées à la crise en Ukraine, qui représentent 40 milliards de dollars, soit environ 32 milliards d'euros.

L'Union européenne a adopté ce jeudi de nouvelles sanctions visant la Crimée. Elle y interdit tous les investissements européens, ainsi que les croisières vers cette péninsule ukrainienne annexée «illégalement» par la Russie. Le chef de l'État en a profité pour lancer de nouveaux coups de griffe à l'adresse de l'Occident. «Nos partenaires ont décidé qu'ils étaient les vainqueurs, qu'ils étaient désormais un empire et que les autres étaient des vassaux qu'il faut faire marcher au pas», a-t-il déclaré.*

La Bourse de Moscou grimpe et le rouble retrouve des couleurs

La banque centrale russe intervient sur les marchés pour tenter de limiter la chute du rouble face au dollar et à l'euro mais, a précisé Poutine, elle ne va pas dépenser ses réserves de manière inconsidérée. Selon lui, l'économie russe va s'adapter à cette nouvelle situation si les difficultés se poursuivent et le niveau actuel des taux d'intérêt ne sera pas maintenu pendant toute la durée de la crise. «Qu'on ne se méprenne pas! La crise actuelle n'a rien à voir avec 1998, affirme Christopher Dembik, économiste chez Saxo Bank. Il s'agit d'un énième rebond de la guerre des devises et non pas d'une psychose réelle concernant la santé financière de la Russie».

Ce discours positif de Vladimir Poutine a semble-t-il rassuré les investisseurs, même si pour certains économistes, ce ne sera pas suffisant. «La récente appréciation du rouble est simplement la conséquence des dizaines de milliards de dollars injectés par la banque centrale pour soutenir la devise, poursuit-il. Le discours politique est insuffisant pour restaurer la confiance des agents économiques dans la monnaie. Il en faudra plus. J'entends par là de nouvelles interventions sur les changes et potentiellement une autre hausse du taux directeur». Après s'être envolée de plus de 14% mercredi, la Bourse de Moscou grimpe de nouveau ce jeudi de plus de 7% à 770 roubles. «Les valeurs cotées sont aux mains directement ou indirectement du Kremlin, explique l'économiste. Sa réaffirmation à moderniser l'économie russe va se traduire par de nouveaux contrats et un soutien fianncier notamment en direction des entreprises visées par les sanctions occidentales. Donc c'est très positif pour les indices et les actions».

La devise russe a également retrouvé des couleurs en début d'après-midi. L'euro ne valait plus «que» 74,99 roubles (contre 77,69 en milieu de matinée) et le dollar, 60,83 roubles (contre 63,10 roubles en milieu de matinée). La devise russe a perdu 40% de sa valeur depuis le début de l'année, conséquence des sanctions liées à la crise ukrainienne et de la chute des cours du pétrole, première source de revenus de l'État. «

18 décembre 2014

David Rockfeller et consorts au micro!

 

"Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, Time Magazine et d'autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer nos plans pour le monde si nous avions été assujettis à l'exposition publique durant toutes ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et préparé à entrer dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d'une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l'autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés."

David Rockefeller
Président et fondateur du Groupe de Bilderberg et de la Commission Trilatérale. Président du CFR (, Council on Foreign Relations).
Propos tenus à la rénion du Groupe de Bilderberg à Baden Baden en 1991

 "Nous sommes à la veille d'une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin est la bonne crise majeure, et les nations vont accepter le Nouvel Ordre Mondial."

 David Rockefeller

 

 "Tous les êtres humains trébuchent un jour sur la vérité. La plupart se relèvent rapidement, secouent leurs vêtements et retournent à leurs préoccupations, comme si de rien n'était."

 Winston Churchill
Premier Ministre de la Grande-Bretagne de 1940 à 1945 et de 1951 à 1955

 

"Le monde se divise en trois catégories de gens: un très petit nombre qui fait se produire les événements, un groupe un peu plus important qui veille à leur exécution et les regarde s'accomplir, et enfin une vaste majorité qui ne sait jamais ce qui s'est produit en réalité."

 Nicholas Murray Butler

Président de la Pilgrim Society, membre de la Carnegie, membre du CFR (Council on Foreign Relations)

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

Cuba/USA : Pékin soutient la "normalisation"

Le projet Américain pour notre monde est en marche, cette "normalisation"  et la chute de la Devise Russe en sont des symboles explicites, pour qui sait lire entre les lignes de la géopolitique mondiale.

Sly

    • Mis à jour le 18/12/2014 à 10:19

 

Pékin a affirmé aujourd'hui "saluer et soutenir la normalisation" des relations entre Cuba et les Etats-Unis, tout en appelant Washington à lever "le plus tôt possible" l'embargo en place depuis plus d'un demi-siècle contre l'île communiste.

"Nous avons bien pris note de ces déclarations (...) La Chine salue et soutient la normalisation des relations bilatérales entre Cuba et les Etats-Unis", a déclaré Qin Gang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. "Nous espérons que les Etats-Unis lèveront le plus tôt possible leur embargo sur Cuba", a-t-il ajouté, à l'occasion d'un point presse régulier.

La diplomatie chinoise a mis par ailleurs l'accent sur "les bonnes relations" que Pékin entretient avec Cuba, autre régime communiste. "Comme toujours, nous allons continuer à appuyer les choix de Cuba dans son développement et dans ses ajustements en termes de politique économique", a insisté Qin Gang, assurant que "quelles que soient les évolutions en cours, (ce soutien de Pékin) ne changera pas".
Le président chinois Xi Jinping s'était longuement entretenu en juillet dernier avec Fidel Castro lors d'une visite officielle à Cuba, à qui Pékin accorde une importante aide économique.

Posté par vigiinfo à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



16 décembre 2014

Attali bichonne son poulain, François Hollande

Hollande , poulain de Jacques Attali , voici un constat au gout amer pour la France et les Français, qui n' ont pas connaissance des réelles intentions de Jacques Attali et de sa démarche déterminée de conduire notre pays au sein d'un Gouvernement Mondial qu'il envisage par ce genre de déclaration diabolique :" est ce qu' on ira vers la gouvernance mondiale à la place de la guerre ou après la guerre... "

Sly

 

 

source: http://www.marianne.net/Attali-bichonne-son-poulain-Hollande_a215789.html

Invité sur Europe 1, Jacques Attali a expliqué que son choix pour la présidentielle était fait. Ce sera Hollande. Un choix fondé sur des critères politiques mais aussi personnels. Au début des années 80, Jacques Attali, alors conseiller de François Mitterrand s'attachera les services d'un jeune auditeur de la Cour des comptes nommé François Hollande, participant même à certains coups fumeux de la Mitterrandie.  

 
C'est désormais acté, François Hollande séduit les élites de gauche sarko-compatibles. Longtemps dubitatif, BHL a diné finalement avec le candidat du PS début février dans un restaurant très cossu des Champs-Elysées. Des retrouvailles assez bling-bling qui rassureront le peuple de gauche sur les intentions de vote du philosophe-de-gauche le plus néoconservateur. A moins qu’en échange d’une bonne blitzkrieg avec exposition médiatique garantie, BHL ne se décide à rallier le chef des armées Sarkozy dans une dernière volte-face.

  Lontemps conseiller de François Mitterrand, Jacques Attali, a fait également, ces dernières années, quelques œillades à Nicolas Sarkozy -ou l'inverse- le temps d’un rapport destiné à « libérer la croissance française ». Le temps d’une jolie mise en scène à l’Elysée, le président affirmant qu’il adhérait à « l’essentiel des conclusions » du rapport pour finalement n’en mettre en œuvre que la moitié.   
  L’amourette Attali-Sarkozy n’aura pas de suite. Un rapport, pas plus. Un véritable « rateau » politique : «  Pour moi, le bilan du président sortant n’établit pas sa crédibilité pour l’avenir, n’ayant rien fait de significatif  pour réduire la dette publique, réformer l’Etat, réduire les privilèges, moderniser la fiscalité, former les chômeurs : s’il l’avait fait, la France aurait encore son triple A, notre chômage serait aussi faible que celui des Pays-Bas, notre jeunesse n’irait pas chercher fortune ailleurs et les talents et les capitaux étrangers se précipiteraient dans l’hexagone » tranche Jacques Attali sur son blog.

  Sur Europe 1, Jacques attali a précisé que « l'intérêt de la République française, de la vision à long terme de la France, c'est l'élection de François Hollande parce qu'il y tellement de réformes fondamentales à faire, et qui doivent être faites de manière juste ». Un choix justifié également par un parcours personnel que n’a pas manqué de souligner Jean-Pierre Elkabbach.

  Adhérent au Parti Socialiste en 1979, Jacques Attali repère ce jeune homme tout juste sorti de l’ENA. Il se lance dans la campagne présidentielle et devient après l’élection de François Mitterrand conseiller officieux de l’Elysée. Sherpa de François Mitterrand pour les sommets internationaux, Attali en fera l’un de ses conseillers économiques officieux en 1981.

 

Hollande, complice d'une imposture...

François Hollande est un véritable bébé-Attali qui a participé à quelques glorieuses opérations d’enfumages de la période Mitterrand. Sur son blog, le journaliste et écrivain André Bercoff propose le récit de l ‘épisode « Caton » : un pamphlet édité chez Fayard dans lequel un homme de droite fait le bilan d’un an et demi de la gauche au pouvoir et « flingue à la Kalachnikov la droite qui a permis que cela se fasse ».

Le livre, intitulé De la reconquête sort en janvier 1983 : «  Ce que disait Caton le censeur et le cynique, entre autres, c’est qu’il fallait se débarrasser de ces leaders de droite incapables et que, contrairement aux grands discours mitterrandiens et gouvernementaux, la gauche allait admirablement gérer l’économie de marché, ce qu’elle fit. Le livre devint un best-seller et pendant un an, tout le monde se demandait qui était Caton, devenu l’auberge espagnole des fantasmes politiques de l’époque. J’avais demandé à Attali que quelqu’un m’aide pour les chiffres : ce fut François Hollande qui travaillait alors, de même que Ségolène Royal, dans son équipe rue de l’Elysée : je rencontrai un jeune homme brillant, plein d’humour, que je vis très souvent dans les dix années qui suivirent » raconte André Bercoff. Un procédé, une véritable imposture qui quelques années plus tard, fit sortir de ses gonds Jean-Michel Aphatie  à peu près autant que l'annonce d'une hausse de la dette publique.

  François Hollande se fera même le porte-parole de Caton lors de la tournée promo notamment des invitations radios : « Ce qu’il fit avec brio. D’où l’allusion à la droite. Mais, je peux évidemment certifier que ni à l’époque, ni a fortiori aujourd’hui, François Hollande ne pouvait être qualifié d’homme de droite. Il s’est agi, tout au long, d’une analyse – la première en date – de la réconciliation de la gauche avec le capitalisme et Caton a eu du succès parce qu’il la décrivait en détail » s’empresse d’ajouter Bercoff. Un exercice de rhétorique que, trente ans plus tard, le candidat du PS maîtrise toujours autant, comme il l’a prouvé lors de ses confidences à la presse anglaise vantant la libéralisation de l’économie et les privatisations réalisées sous les gouvernements socialistes. 
  Son brevet d’aptitude libéral obtenu, François Hollande ferait bien de ne pas oublier ses fondamentaux…

Ukraine/vote du Congrès américain: un geste "hostile" envers la Russie

 

    • Mis à jour le 15/12/2014 à 15:55

  L'adoption par le Congrès américain d'une loi autorisant de nouvelles sanctions contre Moscou et la livraison d'armes létales à l'Ukraine est un geste "hostile" contre la Russie, a dénoncé lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.


"Ce geste des Etats-Unis est hostile, bien sûr", a expliqué le ministre dans une interview à l'agence de presse russe Interfax, dénonçant un "désir maniaque de punir la Russie pour toutes les transgressions possibles et imaginables".

Posté par vigiinfo à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2014

Secrets bien gardés à Bilderberg

Après la mise en place d' un nouveau Premier ministre Français , Manuel Valls adoubé par le Bilderberg de David Rockeffeller , c est au tour du nouveau secretaire générale de l'Elysée, Jean Pierre Joueyt de faire partie de cette élite travaillant au projet de David Rockeffeller et autres, tout comme Emmanuel Macron , Fleur Pellerin etc ...

La France, année après année, est entrain de perdre son indépendance politique. Oui Mr Valls, " Les Français ont le droit à la vérité" .

Sly


En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/actualite/indiscrets/secrets-bien-gardes-a-bilderberg_513654.html#SHjGWHHkxpwXsPdh.99

 

C'est une des réunions les plus secrètes du monde.

Pour sa 56e édition, la  conférence de Bilderberg, qui s'est déroulée du 5 au 8 juin dans un hôtel de  luxe à Chantilly, dans l'Etat de Virginie (Etats-Unis), a accueilli environ 140  personnalités.

Parmi la dizaine de Français invités figuraient notamment Henri de Castries (Axa), Christophe de Margerie (Total), Jean-Pierre Jouyet,  secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, François Pérol, secrétaire général  adjoint de l'Elysée, ou encore l'essayiste Nicolas Baverez. De quoi ont-ils  parlé ? Motus ! " Oui, il était bien là-bas, mais on ne vous a rien dit ",  confie l'assistante d'un VIP français.

 De quoi ont-ils parlé ? Motus ! " Oui, il était bien là-bas, mais on ne vous a  rien dit ", confie l'assistante d'un VIP français. Interrogé par L'Express, un  autre invité répond par mail : " L'un des principes de ces réunions consiste en  l'absence de toute communication externe. Cette règle m'est applicable à l'égal  des autres participants et je ne peux ni ne veux y déroger. " Seul Jean-Pierre  Jouyet a fait preuve de plus de transparence : sur son agenda professionnel  figure, aux dates des 7 et 8 juin : " Déplacement aux Etats-Unis pour la  conférence de Bilderberg "...

En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/actualite/indiscrets/secrets-bien-gardes-a-bilderberg_513654.html#SHjGWHHkxpwXsPdh.99

 

14 décembre 2014

Le nouveau ministre de l’économie, M. Macron, est membre du groupe Bilderberg

 Un constat s 'impose la France est actuellement piloté par.. Jacques Attalli et les objectifs géopolitiques du Bilderberg

Voici la seule raison valable qui explique qu' Emmanuel Macron a 36 ans, sans aucune expèrience ministèrielle, est propulsé Ministre de l' Economie de notre pays!!!!!

Et les Français ne connaissent de rien cette réalité du fait du blackout médiatique !!!

Emmanuel Valls .."je dois la vérité aux Français"  les Français ont donc réllement  le droit à la vérité Mr Valls???????

Sly

 

 

 

 

Le nouveau ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, a participé en juin à la réunion du Groupe Bilderberg.

Emmanuel Macron, le nouveau ministre de l’Economie a participé à la réunion du groupe Bilderberg, qui a eu lieu à Copenhague les 31 mai et 1 juin dernier. M. Macron y assistait en tant que conseiller de François Hollande à la présidence de la République. 

Henri de Castries, président de la compagnie Axa, préside le groupe Bilderberg. Christine Lagarde, directrice du Fonds monétaire international, Fleur Pellerin, alors secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur et maintenant ministre de la Culture, François Baroin, UMP, et Natalie Nougayrède, ex-directrice du Monde, journal possédé par MM. Bergé, Niel et Pigasse, étaient quelques-uns des membres de la réunion de Copenhague.

Manuel Valls a lui aussi déja eté adoubé par le Bilderberg .

 

 

 

Voici les hommes politiques Français qui ont participé à la réunion Bilderberg 2014 à Copenhague fin mai!

Leur présence n' a rien du hasard, il s'agit d'un geste symbolique fort quant à leur avenir politique national et international.

Le Groupe Bilderberg est le club de l' élite politique internationale qui a une influence inconsidèrable dans la géopolitique internationale

Sly

 

Lagarde 

Christine Lagarde: Directrice du FMI

Macron Emmanuel: Secretary General of the Presidence

 

Fleur Pelerin  Ministre du Gouvernement Hollande

 



Fin »