Vigi-Infos: Infos Géo-Politiques

04 février 2016

Laurent Delahouse sur France 2 " ..." les contours d’un Nouvel Ordre mondial ne seraient-ils pas en train de se jouer"

 

 

 

Afficher l'image d'origine

Info:

2016 va servir de tremplin pour la mise en place de la Gouvernance Monidiale ..sur fond de crises " La Crise est mondiale , il faut une réponse mondiale!!

 

Laurent Delahrouse annonce dans ce document diffusé sur France 2 le dimanche 29 novembre à 20h50 que la réalité de Daesh annonce ceci ..." les contours d’un Nouvel Ordre mondial ne seraient-ils pas en train de se jouer..2h 11.57s."

Ce constat est très très lourd de sens ...pour l'avenir de l’humanité!!! Et ceci ne peut être mis sous silence ...le Nouvel Ordre Mondial (projet américain appelé New World Order ) est une forme de Totalitarisme politique mondiale souhaitée par une élite avec abandon de la démocratie populaire entre autre!!!!!

sl.

http://www.france2.fr/emission/un-jour-dans-lhistoire?fb_action_ids=128808887485653&fb_action_types=og.likes

03 février 2016

Skull and Bones, fantasmes et vérités sur la plus célèbre société secrète universitaire américaine

 source: http://www.20minutes.fr/monde/378908-skull-and-bones-fantasmes-verites-plus-celebre-societe-secrete-universitaire-americaine

Les membres de Skull and Bones de 1947, à Yale

Les membres de Skull and Bones de 1947, à Yale bushlibrary.tamu.edu

ETATS-UNIS – Christie's a finalement renoncé à proposer aux enchères les ossements polémiques...

De notre correspondant à Los Angeles
Dans la mythologie universitaire américaine, dur de faire plus fascinant que le mystère drapant les sociétés secrètes étudiantes. Antichambre du pouvoir où se prépare le contrôle du monde selon les uns, simples lieu de débauches pour les autres, elles ont largement attisé l'imagination Hollywood. Vendredi, la maison Christie's a finalement renoncé à proposer aux enchères les ossements ayant séjourné dans le QG de Skull and Bones à Yale. L'occasion de se pencher sur cette célèbre société secrète à laquelle appartiennent notamment les Bush père et fils et John Kerry. Bienvenue chez les Bonesmen.
Culte du secret
Une société secrète, c'est comme le Fight Club. La règle n°1, c'est qu'on n'en parle pas. Skull and Bones (littéralement «crâne et os») a été fondée en 1832 à Yale, l'une des plus prestigieuses universités américaines avec Harvard, Princeton et Stanford. A l'inverse des fraternités,  impossible de déposer sa candidature: Skull and Bones choisit et contacte ses nouvelles recrues.
«Chaque année, 15 juniors (étudiants de 3e année) sont approchés par le club et l'intègrent en général l'année suivante», explique Mike Dunham, ancien président du Rumpus, le tabloïd satyrique de Yale. Le recrutement se fait parmi les plus puissants et les plus connectés ou chez les étudiants les plus brillants, académiquement ou sportivement.
Présidents, sénateurs, juges, banquiers, sportifs, artistes... «La concentration des membres de cette petite société dans les hautes sphères est incroyable», confie la journaliste d'investigation Alexandra Robbins, ancienne de Yale et auteur du livre Skull&Bones, la vérité sur la secte des présidents des Etats-Unis. Elle même membre de la société secrète Scroll and keys avant de se faire virer lors de la parution de son livre, elle précise: «Skull and Bones existe pour une seule raison: placer ses membres dans des positions éminentes et qu'ils s'aident ensuite les uns les autres.»
Selon les périodes, l'identité des membres est parfois révélée, mais jamais leurs pratiques. Plusieurs listes de membres avérés ou supposés ont été publiées. Certains ont publiquement reconnu être des Bonesmen, comme George W. Bush ou John Kerry, lors de la présidentielle de 2004. Mais interrogé plus en détail, Bush a plaisanté: «C'est secret, je ne peux en parler.» Et n'a pas lâché un mot de plus.
Les Bonesmen et la bombe atomique
De nombreuses légendes circulent sur Skull and Bones. Le grand-père de George W. Bush, Prescott, aurait dérobé les ossements (pas ceux mis en vente) du chef indien Geronimo. Ils seraient depuis entreposés dans The Tomb, le QG de la société sur le campus. Plusieurs historiens estiment qu'il existe des indices, mais d'autres écartent l'hypothèse. Dans le doute, l'arrière petit-fils du chef apache a entamé une procédure judiciaire contre l'université en février dernier.
Plus prisé chez les théoriciens du complot: les liens entre Skull and Bones et la bombe atomique. «Les thèses conspirationnistes affirment que Skull and Bones a lâché la bombe», raconte Alexandra Robbins. Elle poursuit. «Ce qui est intéressant, c'est là où la ligne se brouille. En vérité, même si les instructions ne sont pas venues directement de leur quartier général, plusieurs Bonesmen faisaient partie du War Department et étaient en effet en chargés de superviser la construction et le déploiement de la bombe.»

Posté par vigiinfo à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 février 2016

Jerusalem capital de la Gouvernance Mondiale par Jacques Attali

Jerusalem capital du nouvel ordre mondial par Jacques Attali

Début de mise en place effective de cette gouvernance Mondial en 2016 ...sur les fondations d' un chaos maîtrisé s' articulant autour du dossier de L' Etat Islamique!!

01 février 2016

L'origine méconnue et planifiée des guerres au moyen-orient - Le Général Wesley Clark (2007)!

 

Zoom sur Wesley Clark :http://fr.wikipedia.org/wiki/Wesley_Clark

  Lors d’une conférence donnée à San Francisco le 3 octobre 2007, Wesley Clark, général 4 étoiles retraité des Forces armées des Etats-Unis, affirme que dix jours après le 11-Septembre,les invasions de l’Irak de la Libye, de la Syrie, de l'Iran et de plusieurs autres pays du Moyen-Orient avaient déjà été planifiées. 

 
 

Posté par vigiinfo à 10:39 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 janvier 2016

Jacques Attalli le Vrp Français du Gouvernement mondial d' inspiration Américaine!

L'année 2016... va servir de tremplin pour l' installation de cette Gouvernance Mondiale ..qui se hisse par cette doctine funeste " l' ordre par le chaos".
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

 
Schéma d'une possible organisation territorial d'un état mondial.

Un gouvernement mondial désigne l'instauration d'un gouvernement global sur l'ensemble de la Terre. Bien qu'un tel gouvernement puisse en théorie prendre plusieurs formes (celle d'un empire par exemple), la thèse principalement rencontrée, qui compte tenu de l'ampleur des ressources que nécessiterait la direction de milliards de gens par la force, est celle d'un gouvernement démocratique et fédéraliste, idée qui s'oppose à la thèse inverse, selon laquelle seule une approche totalitaire pourrait engendrer un gouvernement mondial. Cette thématique est très présente dans les théories du complot actuelles.

Principe fédéral

De plus, pour des raisons pratiques similaires, une structure gouvernementale hiérarchisée serait nécessaire (telle celle présentée sur l'illustration par exemple). Aussi cet article se concentre particulièrement sur l'idée d'un Gouvernement Mondial Fédéral (GMF, ou FWG pour Federal World Government).

Fondamentalement, le GMF est simplement une extension de l'idée d'une fédération démocratique au niveau global. Dans la plupart des cas, son opération devrait ressembler à l'opération des gouvernements fédéraux existants, à l'exception qu'aucune force militaire ne serait nécessaire pour protéger la citoyenneté globale contre des sociétés extérieures (à moins de découvrir de telles sociétés).

Motivations

Le soutien au GMF est ancré dans le globalisme (aussi appelé mondialisme), la conception selon laquelle tous les hommes sont les membres interdépendants d'une seule communauté globale, et dans l'humanisme, la conception selon laquelle tous les hommes, sans distinction d'appartenance ethnique ou nationale, méritent un égal degré de dignité et de respect. Le globalisme est souvent affronté à l'internationalisme, qui divise le monde en nations souveraines indépendantes, et l'humanisme l'est avec le nationalisme, qui attribue une grande valeur aux droits et intérêts des membres de telle ou telle nation vis-à-vis de ceux des membres des autres nations. La Déclaration universelle des droits de l'homme est souvent citée comme la meilleure expression des valeurs les plus fondamentales motivant les partisans du GMF.

Un argument clé de promotion pour un GMF est la volonté de voir les guerres et la menace d'une catastrophe nucléaire définitivement écartées. D'autres éléments moteurs incluent l'établissement de davantage de mécanismes effectifs pour garantir partout les droits humains les plus fondamentaux, et pour gérer les solutions trans-nationales à des problèmes tels que la détérioration de l'environnement, la réchauffement de la planète, les pandémies, le crime, le terrorisme international, etc.

La croissance rapide dans le commerce international, la communication et le voyage dans les dernières décennies ont résulté de la croissance correspondante dans l'interdépendance entre les nations. On s'attend à ce que ces tendances à la globalisation se poursuivent et s'accélèrent dans les décennies à venir. La fin du colonialisme puis la fin de la guerre froide, s'inscrivent dans un consensus quasi-universel à l'idée que la démocratie soit la plus souhaitable forme de gouvernement. En particulier lorsque vu dans le contexte de tendances à long terme dans l'évolution sociale, des partisans avancent que le GMF n'est pas seulement souhaitable, mais aussi inévitable. Ils voient dans l'apparition récente et l'accroissement rapide de l'Union européenne une preuve que, si le politique est assez fort, un GMF soit susceptible d'être progressivement instauré dans quelques décennies.

Principes du fédéralisme mondial

Le fédéralisme mondial suppose plusieurs échelons se partageant le pouvoir, tant un niveau supranational, qu'aux niveaux étatiques, nationaux, régionaux et locaux. Ces divers groupages seraient définis par les entités concernées elles-mêmes.

Arrière-plan historique

Histoire de l'idée d'un gouvernement mondial

L'idée d'un gouvernement mondial remonte pour ainsi dire au début de toute l'histoire humaine, dès lors que l'homme a développé la notion des communautés, il était alors important d'avoir la plus grande tribu pour survivre et son expansion, au point de devenir dominante, s'avérait être la première naissance d'un « groupe » d'ordre mondial.

Néanmoins si l'on se réfère à l'idée d'un gouvernement mondial au sens propre, c'est-à-dire avec un système juridique, politique et économique, on peut voir naître cette volonté dès l'antiquité avec les Égyptiens, les Grecs, et les Romains. Cela dit, c’est là encore à nuancer car pour ces peuples, plus qu'un gouvernement englobant tous les peuples c'est une organisation à vaste échelle qui est mise en avant ; pour les Romains par exemple la domination du monde se limite en une manière au monde géographique de l'époque et on doute que la conquête de l'Asie, même si elle avait été réalisable, ait été faite en raison des divergences des cultures et leur intégration alors irréalisable.

L'idée d'un gouvernement est donc intimement lié avec la vanité de l'homme (non pas au sens péjoratif), elle est donc jointe a la conception même de famille et de la propriété celle des conquêtes et de l'importance au sein d'un groupe, mais elle connaît des difficultés sur le long terme.[citation nécessaire] La véritable apparition d'un gouvernement dit « mondial » pourrait donc apparaître avec Léon Trotski qui, le premier eu l'idée d'une révolution dite mondiale. Avant lui, les religieux de tout temps furent les seuls à désirer un gouvernement mondial, au sens spirituel du terme.

En 1903, l’écrivain socialiste H. G. Wells écrit le Nouvel ordre mondial où l’on peut lire : « Notre véritable État (…) doit être dès maintenant l’État fédéral mondial (…) Notre vraie nationalité est le genre humain ». Le même auteur écrit en 1928 The Open Conspiracy (La Conspiration au grand jour) dans lequel il expose les méthodes qu'il préconise, et donne sa réponse à la question : comment faire pour arriver à un gouvernement mondial ? En 1939, parait Union ou chaos avec sous titre Proposition américaine en vue de réaliser une fédération de grandes démocraties de Clarence Streit. Très rapidement, ce livre qui visait à la constitution d’un gouvernement mondial, devint une sorte de bible du mondialisme.

Les arguments pour un GMF

Instauration d'une citoyenneté mondiale

Article détaillé : Citoyenneté mondiale.

L'ensemble de la population humaine serait traité sur un plan d'égalité en termes de droits et d'égalité des chances. Il n'y aurait plus de discrimination fondée sur la nationalité, ou de recherche de satisfaction des intérêts pour certaines nations au détriment des autres.

Plus de guerre[modifier]

L'unification politique du monde impliquerait le démantèlement de toutes les armées nationales au profit d'une force policière mondiale, chargée de faire respecter l'autorité du GMF sur l'ensemble de la Terre et de mater les éventuels conflits localisés. La guerre ne pourrait donc plus exister au sens strict du terme (affrontement entre plusieurs pays), sauf hypothèse d'un contact avec une race extraterrestre hostile.

Un système juridique universel

Le GMF impliquerait aussi l'instauration d'un corpus juridique commun pour toute la planète. Toutes les personnes physiques ou morales de la planète seraient soumis aux mêmes règles de Droit, ce qui permettrait une poursuite plus cohérente du processus de mondialisation. Les paradis fiscaux ne pourraient plus exister, de même que les phénomènes de dumping et de "law shopping" pratiquées par les Etats et les firmes multinationales. Il va sans dire que les problèmes d'extraditions ne seraient plus d'actualité. Mais surtout, dans l'hypothèse d'un GMF démocratique, ce serait l'application intégrale des droits fondamentaux à l'ensemble de toute l'humanité.

Une monnaie commune

Davantage de gestion effective pour les solutions globales

Selon Jacques Attali, la démocratie ne peut être efficace, qu'à l'échelle planétaire et que, tant qu'il n'y a pas aujourd'hui de gouvernement mondial, on ne peut pas parler sérieusement de politique. La démocratie trouve son accomplissement dans la mise en place d'un gouvernement mondial, puis de gouvernements régionaux et locaux[1]. La gestion cohérente des biens publics mondiaux est un argument récurrent en faveur d'une intégration politique mondiale. Les partisans de la colonisation spatiale la considèrent d'ailleurs comme un préalable au commencement d'un programme spatial sérieux.

Critiques

Les détracteurs du GMF soit considèrent qu'un GMF n'est pas souhaitable, soit que l'idée est utopique et irréaliste, soit qu'elle nécessiterait l'instauration d'un régime totalitaire pour arriver à ses fins, soit qu'un état totalitaire soit effectivement sa finalité.

Doutes sur l'utilité

Des inquiétudes incluent l'idée que l'excessive complexité d'un tel gouvernement est susceptible de mener à la confusion, au gaspillage et à la corruption, et à la disparition de la diversité culturelle. L'inquiétude quant à une potentielle tyrannie globale n'est pas à écarter. Pour certains experts, la gouvernance mondiale, ne peut se faire qu'au prix d'une perte de toute forme démocratique. À l'échelle d'un petit groupe d'hommes, celle-ci est déjà difficilement réalisée et la tendance naturelle de tout homme à la domination de son environnement autant que de ses semblables, prendrait des proportions effrayantes si l'humanité venait à être dirigée par un groupuscule unique. Seule une dictature pourrait imposer un ordre durable; dictature que, malheureusement, les nouvelles technologies d'identification automatique, fichage, contrôle, rendent pratiquement possible, autant que la généralisation de la monnaie électronique, capable de réduire à la pauvreté et à la démunition, en quelques instants, tout individu. Pour ces mêmes experts, l'avènement d'un gouvernement unique, dans un état unique, avec un système économique unique, voire une religion unique, serait la perte de l'humanité. Certains éléments tendent à accréditer cette thèse. Notamment, c'est ce que demandent avec insistance et constance les grands groupes financiers représentés par des clubs de « réflexion » tels que le groupe Bilderberg, fondé par David Rockefeller, l'un des plus puissants financiers du monde. Le bon sens objectif conduit à rendre suspect le fait que de grands groupes économiques privés puissent prôner ce nouvel ordre mondial, pour le bien des peuples. L'analyse factuelle du présent et du passé démontre que, bien au contraire, l'expansion économique sans bornes ni frontières, tend à réduire les communautés humaines à une nouvelle forme d'esclavage. Selon la célèbre locution latine de Cicéron « Qui Bono ? » , à qui profite le crime ?

Doutes sur la faisabilité

Les sceptiques pensent que l'hétérogénéité de certaines valeurs culturelles, ainsi qu'un sens profond de l'identité nationale ou encore l'intérêt des gouvernements nationaux voueraient tous les tentatives d'établir un gouvernement global partagé à l'échec dans un avenir prévisible.

Le gouvernement mondial selon les théories du complot : un projet totalitaire ?

Affiche américaine des années 1950 contre la fluoration de l'eau et la santé publique imposée, y distinguant les prémices d'un gouvernement mondial totalitaire de type communiste.

Selon Larry McDonald, député à la Chambre des représentants des États-Unis et président de la John Birch Society, la famille Rockefeller et leurs alliés veulent créer le gouvernement d'un monde combinant le super-capitalisme et le communisme sous le même toit, tous sous leur contrôle[2].

Le ministre français Émile Flourens signala dès 1912 les influences maçonniques pour créer un gouvernement mondial, une justice mondiale et une religion globale, en fait un Nouvel Ordre Mondial[3].

Voir aussi : Nouvel ordre mondial

Moyens pour instaurer un GMF

Selon Jacques Attali, les assurances seront un substitut au gouvernement mondial en attendant qu'il se mette en place, tout comme elles sont déjà un substitut aux États en termes de protection, en parallèle avec ce qu'il appelle les « organisations de distraction » : l'un pour surveiller ceux qui veulent voir, l'autre pour « permettre de ne pas voir ». Étant donné qu'il n'y a pas de société sans règle de droit où sans système qui maîtrise les pulsions, pour que les sociétés y parviennent dans l'illusion de la liberté individuelle, il faut créer les conditions d'avoir si peur de ne pas être conforme à la norme afin de surveiller soi-même son propre écart à la norme. En ce sens les compagnies d'assurances joueront un rôle déterminant, qu'elles soient privées ou publiques et les technologies seront là pour le permettre, dans une sorte de liberté de créer sa propre servitude[4]. Et ce concept ne date pas d'hier, déjà Thomas Paine (1737–1809) en était précurseur de son vivant : « Nul n'est plus désespérément esclave que ceux faussement convaincus d'être libres ». Selon Jean Daniel Bensaïd, les droits de l'homme contiennent en germe le gouvernement mondial[5]. L'historien Carroll Quigley explique dans un de ses ouvrages que l'action d'une certaine partie de l'établissement économique mondial tend à créer un système de contrôle mondial, centralisé entre les mains de personnalités qui soient capable de dominer les systèmes politiques de chaque pays, puis de constituer une sorte de grand ensemble économique planètaire[6]. Différentes organisations internationales comme l'UNESCO ont été désignées comme militant pour la création d'un gouvernement mondial et d'un système collectiviste suivant les idées de "La République" de Platon[7].

 

Réforme progressive

Certains[Qui ?] considèrent que la création concrète d'un Etat mondial ne saurait être faite sans l'accord du peuple, il faudrait dès lors que ledit peuple, qui était divisé auparavant, se rende compte que ladite division ne sert concrètement à rien et remette en cause le principe même des frontières. Mais en même temps, les plus fervents partisans de ce nouvel ordre mondial expliquent qu'une grande crise est nécessaire pour placer les hommes dans une situation capable de leur faire désirer un autre degré d'organisation. David Rockefeller expose sans ambigüité "qu'il est facile pour un grand financier de générer une crise majeure de manière à accélérer certains processus". La crise des subprimes, pourrait avoir été ainsi délibérément organisée, pour montrer "qui est le maître" en ce monde.[réf. nécessaire]

Aussi trouve t'on des opposants à ces idées qui estiment qu'une telle structure causerait la fin de la diversité. Officiellement, l'organisation mondiale ne se revendique pas d'une destruction des coutumes et cultures mais d'une mise en commun des habitants de la planète et de l'instauration des lois qui auraient une valeur moins définie et universelle. Il faudrait donc absoudre les lois régionales ou antécédentes a ce type de gouvernement. Les deux solutions majeures pour qu'un tel gouvernement existe sont :

  1. l'évolution des peuples et de leur culture. Ils constateront par eux-mêmes l'absurdité de la division actuelle. C'est une idée que l'on retrouve dans la construction de l'Europe contemporaine, même si elle est encore à l'état de projet ;
  2. la volonté des États eux-mêmes de s'unir. On retrouve cette idée dans le Trotskisme ou le Marxisme, mais il est possible de voir naître cette volonté dans un régime autre que communiste, tel que le pangermanisme et sa variante le lebensraum (l'espace vital hitlérien).[réf. nécessaire]

La solution la plus probante reste aujourd'hui l'évolution de l'homme par la culture et les nouvelles technologies qui rapprochent de plus en plus les humains les uns des autres, mais aussi, rends leurs relations de plus en superficielles et contrôlables. Avec une technologie d'ordre supérieur en matière de communication on peut voir naître un nouveau système mondial comme on le constate aujourd'hui sur le réseau internet de façon réduite bien sur. Une autre solution pourrait être la décision de certains des États les plus démocratiques d'envoyer comme représentants aux Nations Unies non pas des personnes désignées par leurs gouvernements, mais élues par le vote directe de leurs peuples. Cet exemple serait probablement imité par les autres États démocratiques et pourrait être l'embryon d'un vrai parlement mondial.[réf. nécessaire]



29 janvier 2016

"The Dark Face : les coulisses d' un projet planétaire inconnu du grand public!

 

Un monde qui se demande, avec de plus en plus d’insistance, dans quelle direction il se dirige : ....vers une Gouvernance Mondial fédéral, « un nouveau capitalisme “ ( dixit Nicolas Sarkoy lors d’un meeting à Strasbourg le 22 Mars 2012) sous influence décisionnaire unique des Etats-Unis d’Amérique.

Ainsi l’ Union Européenne est devenu le laboratoire géo-politique de ce projet élitiste Américain à taille planétaire, afin de réaliser la mise en place effective de ce projet idéologique d’ une minorité sur une majorité ne maîtrisant pas cet aspect géo-politique déterminant quant à leur avenir proche . Le mode d'élection de Hermann Van Rompuy et José Manuel Barosso , effectué sans le vote souverain des peuples Européens, en est une preuve vivace.

La France, du fait de son passé glorieux, de sa longue histoire, ne peut être le marche-pieds stratégique utilisé par un pays, même si ce pays est les Etats Unis d'Amérique, afin de réaliser ce projet de Gouvernement Mondial sous direction unique des usa....en son temps Le Général De Gaulle avait déja percu cette réalité d'hégémonie Americaine.

 

Sly

 

_____________________________________________________________________________________

 

Cette annonce a été faite par le président George H.W. Bush .  deux ans après  la chute du Mur de Berlin et la fin du Pacte de Varsovie qui ont symbolisé l'effondrement de l'Union Soviétique. Cette réalité Géo-politique étant  un passage nécessaire afin de pouvoir envisager l' installation d' une Gouvernance Mondiale sous influence décisionnaire des Etats Unis d' Amérique.

 

 

 

 


Il est intéressant de s' arreter un instant sur la personnalité de  David Rockefeller .

En effet David Rockefeller  est fondateur   de la Commission Trilatérale( 1973 ), du Council on Foreign Relations , il a co-fondé également le Groupe de Bilderberg en 1954 à l'Hôtel Bilderberg à Osterbeek.

Ces organisations ,  qui réunissent les élites politiques, économiques, médiatiques, ont pour but  de préparer la mise sur pieds d'une Gouvernance Mondiale, sphère politique du "New World Order". Ces informations ne sont pas connus par le grand public  du fait de la censure systématique qui entoure ces réunions de travail.

David Rockefeller fait parti avec Zbigniew Brzezinski (ancien conseiller du président Jimmy Carter), George Bush père, Henry Kissinger des leaders charismatiques de cette croisade qui est la mise en place de ce" New World Order".

 David Rockefeller, est très clair sur ses intentions  dans son livre  MEMOIRES, page 405 :

"Quelques-uns croient même que nous (la famille Rockefeller) faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des É-U, caractérisant ma famille et moi en tant qu’internationalistes et conspirant avec d’autres autour de la Terre pour construire une politique globale plus intégrée ainsi qu’une structure économique – un seul monde si vous voulez. Si cela est l'accusation, je suis coupable et fier de l’être." --

 

Discours de Nicolas Sarkozy sur le Nouvel Ordre Mondial:

Source officielle sur le site de l'Elysée avec le discours écrit et le texte :
"L'année 2009 sera peut-être l'année de naissance d'un nouveau capitalisme, d'un nouvel ordre mondial [...] On ira ensemble vers ce nouvel ordre mondial, et personne, je dis bien personne, ne pourra s'y opposer. 
  • Nicolas Sarkozy durant la campagne Présidentielle à Strasbourg  le 22 mars 2012:
Jacques Attali est un économiste, écrivain et haut fonctionnaire français, né le 1er novembre 1943 à Alger . Il est également un dès VRP les plus actif en France afin d' installer une Gouvernance Mondiale.
Dans cette vidéo ou l' on retrouve Jean-Luc Mélenchon ( qui n' a pas l' air du tout surpris par les propos tenus!!), Jacques Attali  est très clair :" est ce qu' on ira vers la gouvernance mondiale à la place de la guerre ou après la guerre... !":
 
Jacques Attali invité au Journal de France Télévision:
 
Groupe Bilderberg: Désignation de Van Rompuy à la Présidence de la Commission Européenne en 2009 lors d'une réunion informelle 

Un exemple du cercle d'influence du Bilderberg: la nomination de Herman Van Rompuy en tant que " Premier Président dans l'histoire  du Conseil de l'Union Européenne"!

En effet, Le 12 novembre 2009 au château de Val DuchesseBruxelles), une réunion informelle du groupe Bilderberg a eu lieu afin de désigner le futur Président  du Conseil européen.

 Van Rompuy a été choisi officiellement comme  Président du Conseil Européen le 19 novembre , soit 7 jours après cette réunion du Bilderberg! 

Source : http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/542823/van-rompuy-se-devoile-devant-le-groupe-de-bilderberg.html

Van Rompuy se dévoile devant le groupe de Bilderberg:

      Mis en ligne le 14/11/2009          

  Le Premier ministre Herman Van Rompuy (CD&V), jusqu'ici très discret sur ses ambitions européennes, a présenté jeudi soir sa vision sur l'Europe au groupe de Bilderberg, qui réunit des personnalités de l'élite mondiale de la politique et des affaires, lors d'un dîner à Val-Duchesse, affirment samedi les journaux économiques L'Echo et De Tijd.  

Les discrètes conférences Bilderberg réunissent des décideurs et leaders d'opinion occidentaux pour une sorte de Forum de Davos secret et interdit à la presse. La première a eu lieu en 1954 aux Pays-Bas, dans l'hôtel Bilderberg de Oosterbeek (centre des Pays-Bas), dont elle a gardé le nom.

 

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9sident_du_Conseil_europ%C3%A9en

Le premier  titulaire permanent est le Belge Herman Van Rompuy. Il a été choisi le 19 novembre 2009, et sa nomination fut officialisée avec l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne le 1er décembre 2009. Il devait initialement prendre ses fonctions le jour même mais a souhaité que la présidence suédoise de 6 mois aille à son terme. Il est donc entré réellement en fonction le 1er janvier 2010.

Source :http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Bilderberg

Autre réunion informelle du Bilderberg:

12 novembre 2009 : au château de Val DuchesseBruxelles), dans le cadre de la désignation du premier président du Conseil européen[28].

 

 
Une  séquence d'Yves Calvi dans l'émission "C'est dans l' air" sur France 5, révélatrice de la désinformation médiatique orchestrée sur cette construction d'une gouvernance mondiale , au travers de groupe de travail tel que le Groupe Bildeberg ou la Commission Trilatérale:

 

David Rockefeller, Propos tenus à la rénion du Groupe de Bilderberg à Baden Baden en 1991:

"Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, Time Magazine et d'autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque 40 ans.

Il nous aurait été impossible de développer nos plans pour le monde si nous avions été assujettis à l'exposition publique durant toutes ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et préparé à entrer dans un gouvernement mondial.

La souveraineté supranationale d'une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l'autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés."  "Nous sommes à la veille d'une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin est la bonne crise majeure, et les nations vont accepter le Nouvel Ordre Mondial."

 

 

 Nomination de Mario Monti en tant que premier Ministre Italien et Lucas Papadamos suite à la réunion de la Commission Trilatèrale le 13 novembre 2011:

Réunion de la Trilaterale à Berlin en présence de la Chancellière Allemande Angela Merkel en Mars 2013.

 

Jean Claude Trichet a été nommé Président de la commission Trilatérale zone Europe, en remplacement de Mario Monti qui fut désigné  comme premier ministre Italien en remplacement de Silvio Berlusconi.

Monti fut d 'ailleurs le premier Premier Ministre Italien, depuis Musolini, a être désigné sans être élu démocratiquement par le peuple Italien ! Le symbole est fort de sens et la réside la stratégie utilisée par cette élite, etre le dernier recours , la  dernière solution afin d' éviter le Chaos !

La Commission Trilatèrale vient de se réunir du 02 au 04 novembre a Helsinki dans le secret le plus total. Aucun médias n' a relayé cete information en dehrors de la Finlande ou Estonie . Seul l' ambassade Française en Finlande a fait officiellement part de cette réunion de la Trilatèrale :http://www.ambafrance-fi.org/Revue-de-la-presse-finlandaise-du,3692

A noter que la Commission Trilatérale, dans sa version Européenne, s' est réunie du 11 au 13 novembre 2011 à la Haye et que la nomination de Mario Monti( président de la Trilatérale zone Europe) à la tete del' Italie  a été officialisé  le meme 13 novembre 2011!

Il en est de meme pour Lucas Papademos (membre de la trilaterale) qui a été propulsé à la tete de la Grèce.

Site officile de la Commission Trilatérale: http://www.trilateral.org/

 

Manuel Valls (PS) appellant à une une gouvernance mondiale:

 

Réunion du Groupe Bildeberg en Juin 2011 à Saint Moritz en Suisse:

 

La Chaine Américaine Fox News annonce l'émergence du  Nouvel Ordre Mondial:

 

Jacques Attali : "Jerusalem capitale d'un gouvernement mondial":

 


 

 

28 janvier 2016

Zoom sur le Bohemian Club, société secrète élitiste Américaine.

 Cette société secrète dont on fait parti la majeur partie des présidents Américains a été crée il y a 144 ans en 1872!!!

 
 


Photo d'une
réunion le 23 Juillet 1967, avec Reagan et Nixon. C'est là qu'un accord fut
conclu entre Nixon et Reagan, le second acceptant de céder la place au premier
pour être le candidat du Parti Républicain à l'élection de Novembre 1967.

Membres du Bohemiams Club:

David Rockefeller grand banquier, et fondateur du Groupe de Bilderberg, du CFR, de la Commission Trilatérale, e
Nelson Rockefeller grand banquier, et membre du CFR,
et de MAJI - ou MJ12- entre autres... Très lié au lobby militaro-industriel
américain, c'est lui qui a placé au pouvoir Nixon et Kissinger

Henry Kissinger  ancien ministre des affaires étrangères de Nixon, et membre du
Groupe de Bilderberg, du CFR, de la Commission Trilatérale, et de
MAJI - ou MJ12- entre autres...

Theodore Roosevelt  président
des Etats-Unis de 1901 à 1909
William Howard Taft  président
des Etats-Unis de 1909 à 1913
Calvin Coolidge  président des
Etats-Unis de 1923 à 1929
Herbert Hoover  président des
Etats-Unis de 1929 à 1933
Harry Truman  président des
Etats-Unis de 1945 à 1952
Dwight Einsenhower  président des
Etats-Unis de 1953 à 1961
John Edgar Hoover  directeur du FBI
de 1924 jusqu'à sa mort en 1972

Richard Nixon  président des
Etats-Unis de 1969 à 1974
Gerald Ford  président des Etats-Unis
de 1974 à 1976
Ronald Reagan  président des Etats-Unis de 1981
à 1988

George H.W. Bush  président des Etats-Unis de 1989 à
1992, père de George W. Bush, ex-directeurd e la CIA, membre des Skull and
Bones, du CFR, de MAJI, entre autres

Bill Clinton  président
des Etats-Unis de 1993 à 2000

George W. Bush  fils de George
H.W. Bush. Président des Etats-Unis de 2001 à 2008, membre des Skull and
Bones

Jeb Bush  frère de George W. Bush, et gouverneur de
Floride
Dick Cheney  vice-président des Etats-Unis de 2001 à
2008, ministre de la défense de Bush père de 1989 à 1992

Karl Rove
principal conseiller de George W. Bush
Colin
Powell
  ministre de la défense de Bush père et ministre des affaires
étrangères de Bush fils de 2001 à 2004
James Baker III
ministre des affaires étrangères de Bush père
Caspar
Weinberger
  ministre de la défense de Reagan, de 1981 à
1987
William Casey  directeur de la CIA sous Reagan, de 1981 à
1987

William Webster  directeur du FBI de 1978 à
1987

George Schultz  ancien ministre des affaires étrangères de
Reagan, ancien ministre de la Défense de Bush-père, membre du
CFR
Arnold
Schwarzenegger
  gouverneur
de Californie
Vernon Walters  ancien chef d'état major de
l'Armée américaine

Eliott Richardson  ancien ministre de la
défense américain
Paul Volker  président de la FED, la banque
centrale américaine, de 1979 à 1987
Alan Greenspan  président
de la FED de 1987 à 2005
Malcom Forbes  milliardaire
américain
Charles Schwab  président de Charles Schwab & Co,
l'une des plus grosses sociétés de gestion financière et d'investissements
boursiers
Riley P.Bechtel  PDG de Bechtel Corporation, l'un des
leaders mondiaux dans le secteur du batiment et travaux publics, et à qui l'état
américain accorde de très gros contrats, aux USA ou à
l'étranger.
David Packard  co-fondateur de la société
Hewlett-Packard
Lou Gerstner  président d'IBM
Alex
Mandl
  vice-président d'AT&T
Henry Ford II PDG de
Ford Motor Company de 1945 to 1960; petit-fils de Henry Ford
Jack
Welsh
  PDG de General Electric
Antonin Scala  juge à la
Cour Suprême américaine
Joseph Califano  ancien ministre de la
Justice de Nixon et Reagan
Newt Gingrich leader
ultra-conservateur du Parti Républicain
Pete Wilson ancien
gouverneur de Californie
Helmut Schmidt  ancien chancellier
allemand
Valery Giscard d'Estaing  ancien président français, membre du
Groupe de Bilderberg, concepteur de la Constitution Européenne
Michel Rocard ancien premier ministre français, membre du
Groupe de Bilderberg
Tony Blair premier ministre britannique de 1997 à 2007, également membre du
Groupe de Bilderberg
John Major premier ministre
britannique de 1990 à 1997

Prince Philip Mountbatten
Duc
d'Edimbourg, Epoux de la reine

 

A découvrir les vidéos des  rites  de cette société Américaine élitiste secret! Quant on sait que presque  l'ensemble des  présidents Américains sont ou étaient membres de ce club qui pratique des rituels, la réflexion est de mise !

les vidéos du rite: http://www.wat.tv/video/rituel-bohemian-club-1sur5-1pkht_2iijf_.html , http://www.dailymotion.com/video/xdj9fj_1-9-dark-secrets-inside-bohemian-gr_news

 

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Bohemian_Club

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
 
 
L'emblème du club et sa devise.

Le Bohemian Club, créé en 1872 par cinq journalistes du San Francisco Examiner (qui en furent exclus par la suite) et situé à San Francisco en Californie, est l'un des clubs les plus fermés du monde. Véritable club néo-conservateur[1] de l'élite et des personnes d'influence, il regroupe quelque 2 000 membres (uniquement des hommes, pour la plupart des Américains, mais aussi quelques Européens et Asiatiques) qui se réunissent tous les ans lors des deux dernières semaines du mois de juillet au Bohemian Grove. La cotisation est de 25 000 $ et la liste d'attente est de 21 ans au minimum. Le nom du club est inspiré du mouvement culturel « Bohème ».

Le Bohemian Grove

Le Bohemian Grove est une propriété privée de 11 km² appartenant au club, située à Monte Rio en Californie. Les membres du club s'y

Références notables au Bohemian Club

Le 26 octobre 2007, à Minneapolis, Bill Clinton fut abordé durant un discours par un homme prétendant que les attentats du 11 septembre 2001 étaient une imposture et mentionnant le Bohemian Club. Clinton infirma l'imposture du 11 septembre mais ajouta sarcastiquement « Avez-vous dit le Bohemian Club ? C'est là que tous ces riches républicains vont et posent nus devant des arbres, pas vrai ? Je n'ai jamais été au Bohemian Club mais vous devriez. Cela vous ferait du bien, vous y prendriez du bon air. » La personne fut escortée dehors par la sécurité durant la remarque de Clinton[4].

 


source: http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2008/07/01/1217356_le-bohemian-club-la-colonie-de-vacances-des-fous-du-pouvoir.html

Le Bohemian Club, la colonie de vacances des fous du pouvoir

Un club de l'élite au service du malin

Le Bohemian Club, créé en 1872 par cinq journalistes du San Francisco Examiner et situé à Santa Rosa en Californie est un des clubs les plus fermé du monde. Véritable club de l'élite, il regroupe 2235 personnes, uniquement des hommes, la pluspart américains mais aussi quelques européens et asiatiques. Environ un cinquième des membres est directeur d'une ou plus des 1000 compagnies classées dans le magazine Fortune, PDG d'entreprise, fonctionnaire gouvernemental au sommet et/ou membre d'importants conseils politiques ou de fondations majeures. Environ 85% des membres sont californiens.

Le reste des membres se décompose essentiellement en une élite de la justice et du commerce au niveau régional avec un petit mélange d'universitaire, d'officiers militaires, d'artistes, ou de docteurs en médecine. Les PDG, chefs d'État, et écrivains à gros tirages représentent au total le quart de la fortune privée des Etats-Unis. se réunissent tous les ans lors des deux dernières semaines du mois de juillet dans la forêt californienne. La cotisation est de 10000 $ et la liste d'attente de 18 ans au minimum.     Ils y exercent leurs talents musicaux, comiques, mais des discours y sont aussi tenus. Des arrangements y sont aussi probablement convenus. Plus atypique, étant donné la rationalité dont font preuve les membres dans leur vie quotidienne, des cérémonies païennes d'inspiration druidique ont lieu. Les données recueillies sont toutefois fragmentaires en raison de l'extrême surveillance mise en place, mais quelques journalistes d'investigation ont réussis à s'y infiltrer.

Antony C. Sutton, éditeur d'un excellent bulletin d'informations mensuel, la Phoenix Letter, parle dans l'édition d'octobre 1996 de la " nature de la population proéminente " du club, uniquement composé de mâles. Mother Jones en date du mois d'août 1981 nous révèle une liste partielle de cette population: " George P. Shultz, Stephen Bechtel Jr. (dont la famille possède une entreprise d'ingénierie et de construction internationale), Gérald R. Ford, Henry Kissinger, William F. Buckley Jr., Fred L. Hartley, Griffon Merv, Thomas Haywood, Joseph Coors, Edward Teller, les anciens présidents George Bush et Ronald Reagan, A. W. Clausen (de la Banque Mondiale), William French Smith, John E. Swearingten, Casper W. Weinberger, Justin Dart, William E. Simon, et une centaine d'autres éminents politiciens et hommes d'affaires. " On trouve aussi Thomas Watson Jr. d'IBM, Phillip Hawley de la Bank of America, et William Casey de la CIA. D'après Counter Punch, Michel Rocard, ancien premier ministre français, aurait fait partie des convives.

Le magazine Maclean en date du 23 mars 1981 précisait que "chaque été, pour trois week-ends, presque 2000 membres, en compagnie d'invités, se hâtaient de rejoindre le lieu sous haute protection situé près du hameau de Monte Rio. La devise Shakespearienne du club " weaving spiders not come here " est une autre façon de dire que les négociations et les conciliabules sont bannis. Ce mot d'ordre est largement ignoré, tant au niveau financier que politique. Alors que cette classe souveraine ne laisse que rarement filtrer les détails des accords qui sont passés en ces lieux, quelques-uns pourtant, telle que la promesse de Ronald W. Reagan Richard M. Nixon de rester hors de la course présidentielle en 1967, aidèrent à façonner le destin de l'Amérique." Ci-contre: Petit déjeuner le 23 juillet 1967 au Bohemian Club où l'on reconnait Ronald Reagan et Richard Nixon, futurs présidents des États-Unis.

L'édition de magazine Newsweek daté du 2 août 1982 rapportait que : " ... la colonie de vacances la plus prestigieuse du monde - le Bohemian Grove - tient ses réunions à 120 kilomètres au nord de San Francisco. Les 1500 hectares de retraite hautement protégés sont un état dans l'état exclusivement réservé aux mâles du Bohemian Club auquel chaque président républicain depuis Herbert Hoover a appartenu. Avec sa clientèle de puissants personnages, ses secrets convoités et ses rituels cabalistiques, le Bohemian Club a été l'objet d'une forte suspicion. (...) Cependant l'événement le plus important est le " discours de la rive " (les orateurs précédents étaient Alexander Haye et Casper Weinberger). L'orateur de 1982 était Henry Kissinger et son exposé portait sur Le Défi des années 80 ".

En 1991, Dirk Mathison infiltra à trois reprises le rassemblement avec l'aide des activistes du Bohemian Grove Action Network.
    Il fut témoin d'un discours sur les " Armes Intelligentes " tenu par l'ancien secrétaire à la marine sous le règne de Reagan, John Lehman, qui a déclaré que le Pentagone estimait à 200000 le nombre d'Irakiens tués par les Etats-Unis et leurs alliés pendant la guerre de Golfe.
    Les autres orateurs remarquables furent l'actuel secrétaire à la défense, Richard Cheney, dont l'exposé traitait les " problèmes majeurs de la défense du 21ème siècle ", l'ancien secrétaire à la santé et à l'éducation sous la présidence de Carter, Joseph Califano, qui éclaira l'assemblée sur " la révolution de la Santé en Amérique : Qui vit, qui meurt, qui paie ", et le précédent attorney général (garde des sceaux) Elliott Richardson des administrations Nixon et Reagan qui combla l'auditoire en " définissant le Nouvel Ordre Mondial ".
    Mais on notera aussi la présence d'Helmut Schmidt, l'ancien premier ministre Allemand, qui parla des " énormes problèmes du 21ème siècle "...
Ci-contre: Helmut Schmidt au Bohemian Grove devant les membres

Il est dit que le " Projet Manhattan " qui fut le fer de lance de la bombe nucléaire qui endeuilla Hiroshima, a été conçu au lors de la réunion du Bohemian Club en 1942. Le caractère prophétique de ces réunions se confirme puisque George Bush a parrainé son fils en 1999, à un rassemblement où l'on retrouvait aussi l'actuel secrétaire d'état, Colin Powell, et que, à la session 2000, le vice-président Dick Cheney de l'administration Bush Junior était présent.
    Dans le même cadre, en 1994, un professeur de science politique de l'Université de Californie, prévint des dangers de la mixité culturelle d'Afrique centrale, et de la perte des frontières familiales. Il a déclaré que les " élites basées sur le mérite et la compétence sont importantes pour la société. Toute élite qui manque de se définir elle-même sera vouée à l'échec... Nous avons besoin de limites et de valeurs fixes et claires ". Il conclut que nous ne pouvons pas permettre aux masses " non qualifiées " de mettre à exécution des programmes politique, et que les élites doivent établir des valeurs qui peuvent être traduites dans un " pouvoir standard ".

De récentes informations (O'Brien et Phillips, Trance Formation de l'Amérique) peuvent changer radicalement cette perception du Bohemian Club.
    Elles dénoncent non seulement l'ivrognerie, l'usage sans bornes d'alcool et de drogues accompagné de pratiques homosexuelles, mais elles rapportent aussi des activités beaucoup plus sérieuses, tel que des kidnappings, des viols, des actes pédophilies sodomites, et des meurtres rituels.
    L'enquête est entravée par l'acte de la Sécurité Nationale de 1947.
Ci-contre: l'inscription "Je suis LaFitte" pirate bien connu, dois plutôt se lire comme "Je suis La Fille" , voulant dire que dans ce trou sous l'arbre se trouve l'immolation, ou la fille prête au sacrifie. Une tête de mort accueille les invités.

LE CULTE DU MOLOCH

Dans l'ouvrage du sataniste Aleister Crowley, Magick inTheory and Practise (Théorie et pratique de la magie) on découvre que " pour les plus hauts travaux spirituels on doit (...) choisir une victime ayant la plus grande et la plus pure énergie. Un enfant mâle d'une parfaite innocence et d'une haute intelligence est la victime adéquate la plus satisfaisante ". Gunderson précise que " nous parlons lê de sacrifice humain ". Aleister Crowley écrit dans The Law Is For All (La loi est pour tous) : " De plus, la bête 666 (il se désigne ainsi) conseille que tous les enfants soient, dés le plus bas âge, accoutumés à assister à tous types d'actes sexuels, ainsi d'ailleurs qu'au processus de la naissance, de peur que le brouillard du mensonge et du mystère n'impressionne leur esprit, ne contrarie et ne fausse leur système subconscient de symbolisme .../... Notre travail est par conséquent historiquement authentique; il s'agit de redécouvrir la Tradition Sumérienne."

Aleister Crowley, sataniste. Canaan regroupe les territoires de Phénicie et de Palestine, les prédécesseurs d'Israël. La religion cananéenne est supposée être un dérivé de la religion babylonienne, elle même provenant de la théologie sumérienne. Par la suite, la culture religieuse cananéenne influença amplement la religion israélite. De ces territoires proviennent les enseignements qui nous apprennent que Moloch était un synonyme de Nemrod ou de Tammuz. Il est fréquent que nous retrouvions dans les mythologies sumériennes, babyloniennes, et autres, des personnages dont l'histoire est semblable et seul le nom diffère. Le personnage Moloch / Nemrod / Tammuz était connu pour avoir fondé Babylone lorsqu'il portait le nom de Nemrod, ainsi que pour avoir construit des cités telles que Ninive où de nombreuses tablettes sumériennes ont été retrouvées. Ci-contre: le hibou géant devant lequel un grand feu est allumé durant la célébration "occulte" du Bohemian Grove en Californie.

Posté par vigiinfo à 12:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Georges Bush le 6 mars1991 : "New World Order"!

DeGaulle avait dès 1944 saisi les fantasmes d' hégémonie mondiale des USA!

syrie

VIETMAN

 

Le président Obama vient de  rendre un hommage vibrant à Georges Bush qui a été le premier homme politique a appellé publiquement à l' émergence du"New World Order " en 1991.

 "Votre vision et votre exemple ont éclairé le chemin pour d'autres", a déclaré Barack Obama lors d'une cérémonie dans la salle d'apparat de la Maison Blanche.

 

Sly

Le nouvel ordre mondial (« new world order ») est le nom donné à une vision du monde de l'après-Guerre froide immédiat et de la période de l'histoire entamée au tournant de la dernière décennie du XXe siècle, juste après l'effondrement de l'Union Soviétique. L'expression a été utilisée lors d'un discours prononcé au Congrès américain le 6 mars 1991 par le président George H.W. Bush puis régulièrement reprise.

Discours, 6 mars 1991, Congrés des États-Unis - Washington, dans Le Monde Diplomatique, George W. Bush:
 
"Maintenant nous voyons apparaître un nouveau monde, un monde dans lequel nous avons de grandes chances de voir émerger un nouvel ordre mondial. Pour citer Winston Curchill, un "ordre mondial" dans lequel "les principes de la justice et du fair play... protègeront les faibles des forts..." Un monde où les Nations unies, libérées de l'impasse de la guerre froide, sont en mesure de réaliser la vision historique de leurs fondateurs. Un monde dans lequel la liberté et les droits de l'homme sont respectés par toutes les nations"
  • (en)" Now, we can see a new world coming into view, a world in which there is the very real prospect of a new world order. In the words of Winston Churchill, a "world order" in which "the principles of justice and fair play... protect the weak against the strong..." a world where the United Nations, freed from cold war stalemate, is poised to fulfill the historic vision of its founders. A world in which freedom and respect for human rights find a home among all nations."

 

 

ET Nicolas Sarkozy annonce...:

C'est un véritable New Deal à l'échelle planétaire qui est nécessaire. Un New Deal écologique et économique. Au nom de la France, j'appelle tous les États à se réunir, pour fonder le nouvel ordre mondial du XXIème siècle […]

  • Allocution du Président de la République devant l'Assemblée générale de l'ONU, 25 septembre 2007, Assemblée générale de l'ONU, dans Site elysee.fr, Nicolas Sarkozy.

 

[L'année] 2009 sera peut-être l'année de naissance d'un nouveau capitalisme, d'un nouvel ordre mondial [...] On ira ensemble vers ce nouvel ordre mondial, et personne, je dis bien personne, ne pourra s'y opposer.

  • Allocution du Président de la République, 16 Janvier 2009, face au Corps Diplomatique, dans Site dailymotion.com, Nicolas Sarkozy.
     
      
     

    ET tant d' autres annoncent.....:

John F. Hylan

La véritable menace pour notre république est le gouvernement invisible, qui comme une pieuvre géante, étend ses tentacules gluants autour de nos villes, états et nations.

  • (en) The real menace of our Republic is the invisible government which like a giant octopus sprawls its slimy length over our city, state and nation… At the head of this octopus are the Rockefeller-Standard Oil interests and a small group of powerful banking houses generally referred to as the international bankers [who] virtually run the United States government for their own selfish purposes.
  • Discours, 27 mars 1922, New York City, dans The New York Times, John F. Hylan.

 

 Edward Bernays:

"La manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement le pays."

 

 John Maynard Keynes:

"Je crois que les américains peuvent être amenés à une compréhension complaisante de nos diffculités. En prenant en compte les éléments qui sous-tendent nos plans d'après guerre, peu importe la situation difficile dans laquelle nous nous trouvons pour l'instant, nous [le Commonwealth] nous retrouverons au sommet du monde, l'une des deux ou trois puissances du futur."

  • (en) I have confidence that Americans can be brought to a sympathetic understanding of our difficulties. But, however hardup we may be for the time being, we [The British Commonwealth] - on the assumption which underlies all our post-war plans - shall be standing on the top of the world, one of the two or three masters of the future.
  • Introduction du texte écrit par Keynes à l'intention du gouvernement britannique

  

 Richard Gardner:

"Le Nouvel Ordre Mondial devra être construit en partant du bas plutôt qu'à partir du haut… mais le contournement de la souveraineté nationale, en l'érodant morceau par morceau réussira beaucoup plus que le démodé assaut frontal.

  • (en) The New World Order will have to be built from the bottom up rather than from the top down… but an end run on national sovereignty, eroding it piece by piece will accomplish much more than the old-fashioned frontal assault.

  Lawrence Patton McDonald: 

"Vous avez là des personnes qui appartiennent aux structures élitistes de ce pays et qui le dominent, de manière ouverte depuis 40 ans […] Si des personnes travaillent ensemble, silencieusement, pour de sombres objets, deux ou plus, c'est par définition une conspiration"

  • (en) Tom Braden, Pat Buchanan, Crossfire, CNN, 1983

 

Ils l'admettent eux-mêmes. Regardez « Tragedy and Hope » du Professeur Carroll Quigley, lui-même membre de ces groupes d'élites disant 'en en effet nous y travaillons, en effet nous collaborons avec le communisme, oui nous allons de l'avant vers une accommodation globale, oui nous travaillons pour un gouvernement mondial ma seule objection est que nous devons garder le secret'

  • (en) Tom Braden, Pat Buchanan, Crossfire, CNN, 1983

  David Rockefeller:

"Quelques-uns croient même que nous (la famille Rockefeller) faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des É-U, caractérisant ma famille et moi en tant qu’internationalistes et conspirant avec d’autres autour de la Terre pour construire une politique globale plus intégrée ainsi qu’une structure économique – un seul monde si vous voulez. Si cela est l'accusation, je suis coupable et fier de l’être."

  • (en) Some even believe we are part of a secret cabal working against the best interests of the United States, characterizing my family and me as "internationalists" and of conspiring with others around the world to build a more integrated global political and economic structure - one world, if you will. If that's the charge, I stand guilty, and I am proud of it.
  • Memoirs, David Rockefeller, éd. Random House; 1st Trade Ed edition, October 15, 2002 (ISBN 978-0679405887), p. 405

 "Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, Time Magazine et d'autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer nos plans pour le monde si nous avions été assujettis à l'exposition publique durant toutes ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et préparé à entrer dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d'une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l'autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés."

  • (en) We are grateful to the Washington Post, the New York Times, Time magazine and other great publications whose directors have attended our meetings and respected the promises of discretion for almost forty years. It would have been impossible for us to develop our plan for the world if we had been subject to the bright lights of publicity during those years. But, the world is now more sophisticated and prepared to march towards a world-government. The supranational sovereignty of an intellectual elite and world bankers is surely preferable to the National autodetermination practiced in past centuries.

Discours à la Commission Trilatérale, juin 1991, Baden Baden, dans Matrix of Power: How the World Has Been Controlled by Powerful Men Without Your Knowledge, paru en 2000.

 Henry Kissinger:

"L'ALENA sera l'avancée la plus constructive vers un nouvel ordre mondial faite par un groupe de pays depuis la fin de la guerre froide, et le premier pas vers une vision encore plus large de la zone de libre-échange pour l'hémisphère ouest... L'ALENA n'est pas un accord commercial traditionnel mais l'architecture d'un nouveau système international.

  • (en) NAFTA will represent the most creative step toward a new world order taken by any group of countries since the end of the Cold War, and the first step toward an even larger vision of a free-trade zone for the entire Western Hemisphere.... NAFTA is not a conventional trade agreement, but the architecture of a new international system.

  Arthur Meier Schlesinger, Jr.:

"Nous n'allons pas réaliser un Nouvel Ordre Mondial sans en payer le prix en vies humaines aussi bien qu'en mots et en argent."

  • « Back to the Womb? Isolationism's Renewed Threat », Arthur Meier Schlesinger, Jr., Foreign Affairs, juillet/août 1995, p. 2-8

 Zbigniew Brzezinski

"L'opinion publique américaine a été favorable à l'entrée dans la seconde guerre mondiale principalement du fait du choc provoqué par l'attaque japonaise contre Pearl Harbor"

  • (en) The public supported America's engagement in World War II largely because of the shock effect of the Japanese attack on Pearl Harbor.
  • (en) The Grand Chessboard : American Primacy and Its Geostrategic Imperatives, Zbigniew Brzezinski, éd. New York, 1997 (ISBN 0-465-02726-1), p. 25

 

"C'est également un fait que l'Amérique est trop démocratique chez elle pour être autocratique à l'étranger. Cela limite l'utilisation de la puissance américaine, notamment sa capacité d'intimidation militaire. Jamais précédemment un démocratie populaire n'avait atteint une suprématie internationale. Mais la poursuite du pouvoir n'est pas le but poursuivi par les passions populaires, excepté dans des conditions d'une menace ou d'une remise en cause du sentiment populaire de bien-être domestique. L'abnégation économique (c'est-à-dire les dépenses militaires), et le sacrifice humain (les pertes même parmi les soldats professionnels) qui sont nécessaire à l'effort sont peu agréable pour les instincts démocratiques. La démocratie est inamicale envers la mobilisation impériale."

  • (en) It is also a fact that America is too democratic at home to be autocratic abroad. This limits the use of America's power, especially its capacity for military intimidation. Never before has a populist democracy attained international supremacy. But the pursuit of power is not a goal that commands popular passion, except in conditions of a sudden threat or challenge to the public's sense of domestic well-being. The economic self-denial (that is defense spending), and the human sacrifice (casualties even among professional soldiers) required in the effort are uncongenial to democratic instincts. Democracy is inimical to imperial mobilization.
  • (en) The Grand Chessboard : American Primacy and Its Geostrategic Imperatives, Zbigniew Brzezinski, éd. New York, 1997 (ISBN 0-465-02726-1), p. 35-36

 Deux étapes fondamentales sont donc nécessaires. Premièrement, identifier les Etats géopolitiquement dynamiques qui ont le potentiel de créer un basculement important en terme de distribution internationale du pouvoir, et de décrypter les objectifs poursuivis par leurs élites politiques, et les conséquences éventuelles. Deuxièmement, mettre en oeuvre des politiques US pour les compenser, coopter, et/ou contrôler.

  • (en) Two basic steps are thus required: first to identify the geostrategically dynamic Eurasian states that have the power to cause a potentially important shift in the international distribution of power and to decipher the central external goals of their respective political elites and the likely consequences of their seeking to attain them; [...] second to formulate specific U.S. policies to offset, co-opt, and/or control the above
  • (en) The Grand Chessboard : American Primacy and Its Geostrategic Imperatives, Zbigniew Brzezinski, éd. New York, 1997 (ISBN 0-465-02726-1), p. 40

 

En d'autres termes, selon une terminologie qui rappelle celle de l'époque brutale des anciens empires, les trois grands impératifs de la géostratégie impériale sont d'empêcher les collusions et maintenir les vassaux dans une relation de dépendance en matière de sécurité, de faire en sorte que les tributaires restent dociles et protégés, et d'empêcher l'alliance des barbares.

  • (en) Tu put it in a terminology that harkens back to the more brutal age of ancient empires, the three grand imperatives of imperial geostrategy are to prevent collusion and maintain security dependance among the vassels, to keep tributaries pliant and protected, and to keep the barbarians from coming together.
  • (en) The Grand Chessboard : American Primacy and Its Geostrategic Imperatives, Zbigniew Brzezinski, éd. New York, 1997 (ISBN 0-465-02726-1), p. 40

 

 Nicolas Sarkozy:

"C'est un véritable New Deal à l'échelle planétaire qui est nécessaire. Un New Deal écologique et économique. Au nom de la France, j'appelle tous les États à se réunir, pour fonder le nouvel ordre mondial du XXIème siècle […]"

  • Allocution du Président de la République devant l'Assemblée générale de l'ONU, 25 septembre 2007, Assemblée générale de l'ONU, dans Site elysee.fr, Nicolas Sarkozy.

 

"[L'année 2009 sera peut-être l'année de naissance d'un nouveau capitalisme, d'un nouvel ordre mondial [...] On ira ensemble vers ce nouvel ordre mondial, et personne, je dis bien personne, ne pourra s'y opposer."

"Aujourd'hui, l'Europe peut proposer les principes et les règles qui modèleront un nouvel ordre mondial."

  • (en) Today Europe can propose the principles and rules that will shape a new global order.

 

Nous vivons effectivement un moment historique. Le genre d'occasion où la crise remet en question toutes les certitudes et les esprits sont plus ouverts au changement. Ce sont des moments extraordinaires et qui n'arrivent pas tous les jours. Nous devons comprendre qu'il s'agit vraiment d'un de ces moments où il y a une plus grande plasticité qui fait que nous pouvons effectuer un vrai changement.

  • (en) We are indeed living historic moments. The kind of occasion where the crisis calls in to question all certainties and minds are more open to change. These are very special moments and they are not happening everyday. We have to understand that it’s really one of those moments where there is some higher plasticity and then where we can make a real change

Le Projet américain pr le monde appellé "The New World Order"!

 

On comprend mieux pourquoi le président  Georges Bush a annoncé  pour la première fois à l'émergence du "New World Order" sous hégémonie Américaine en 1991. Cette date correspondant à l' effondrement du Bloc de l' Est de l' ancienne Urss.

Ainsi il devenait possible pour cette élite Américaine d' imaginer la réalisation de leur projet hégémonique géopolitique pour le monde :

" La souveraineté supranationale d'une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l'autodétermination nationale pratiquée dans les siècles. "Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l'entité adéquate pour le faire." : David Rockefeller, Président fondateur du Bilderberg et de la Trilatèrale

"La direction du Bureau du Président a été utilisée pour fomenter un complot pour anéantir la liberté des Américains, et avant que je ne quitte le Bureau, je dois informer les citoyens de ces conditions." John Fitzgerald Kennedy (1917-1963), dans un discours fait à l'Université Columbia le 12 novembre 1963, dix jours avant son assassinat

 

Sly

Source: http://www.phosphore.com/index.php/dossiers/phosphore/289/bac-fiche-histoire--1975-a-1991-un-nouvel-ordre-mondial/848/un-nouvel-ordre-mondial.html

Cet événement va provoquer la fin de la guerre froide et annonce un nouvel ordre mondial qui profite surtout aux États-Unis.

LE TEMPS DES NEGOCIATIONS

Les deux grands renouent le dialogue. Quelles sont les raisons qui poussent à ce rapprochement ? L'Union soviétique connaît des difficultés économiques qui l'obligent à se réformer et à se rapprocher des États-Unis. Ronald Reagan lance le programme nommé «guerre des étoiles» en 1983, c'est-à-dire un système de protection antimissiles très cher. L'URSS n'a pas les moyens financiers de se doter de telles armes.

Gorbatchev, un tournant Mikhaïl Gorbatchev parvient au pouvoir en mars 1985, en tant que secrétaire général du parti communiste. Il dénonce le blocage économique, les pénuries, la corruption généralisée. En somme, il dresse un bilan peu glorieux de son pays. Gorbatchev engage alors une réforme radicale dans son pays : c'est la perestroïka, mot russe signifiant «restructuration» dans le domaine économique, et la glasnost, mot russe signifiant la «transparence». Ce qui veut dire que la presse n'est plus censurée et que les Soviétiques ont désormais un accès libre à l'information.

Le retrait En 1988, l'URSS décide de retirer ses troupes d'Afghanistan ce qui favorise le rapprochement avec les États-Unis.

Multiplication des rencontres Est-Ouest Gorbatchev engage le dialogue avec les États-Unis : en 1987, il signe les accords de Washington, qui éliminent tous les missiles nucléaires intermédiaires dans les deux pays. Le but est de stopper la course aux armements.

L'EFFONDREMENT DU BLOC DE L'EST 1989-1991

Revendications démocratiques dans le bloc de l'Est «L'automne des peuples», en 1989, amène successivement la Pologne, la Hongrie, la RDA, la Tchécoslovaquie et enfin la Roumanie à proclamer la démocratie. Le symbole de ce «retournement» reste l'effondrement du mur de Berlin, le 09 novembre 1989. Dans la foulée, les républiques socialistes proclament leur indépendance. En 1991, le monde assiste à l'implosion de l'URSS. Les réformes entreprises par Gorbatchev n'ont pas abouti. Plusieurs républiques proclament leur indépendance, comme les pays Baltes. Gorbatchev est démis de ses fonctions le 25 décembre 1991 pour avoir refusé cet éclatement. Boris Eltsine se proclame président de la Fédération de Russie et reconnaît l'indépendance des pays Baltes. Il crée en décembre 1991 la CEI, c'est-à-dire la Communauté des États indépendants. En 1991, le pacte de Varsovie est dissous.

LA DOMINATION AMERICAINE DEPUIS 1990

La chute de l'URSS en 1991 a fait disparaître la seule puissance capable de contrebalancer l'hégémonie américaine. Ainsi, les États-Unis ont pu réunir une large coa-lition contre l'Irak de Saddam Hussein en janvier-février 1991 (ce pays avait envahi le Koweït). C'est la première guerre du Golfe, une guerre très médiatisée.

Phosphore.com

Posté par vigiinfo à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 janvier 2016

Le Nouvel Ordre Mondial dans les discours de Nicolas Sarkozy alors qu 'il était Président de la République!

 

 Nicolas Sarkozy" La crise est mondiale (  Dossier Terrorisme actuel..), il faut  que nous lui apportions une réponse mondiale..".